Aller au contenu principal

Observatoire sécheresse : jusqu’ici, tout va bien

La situation hydrique des sols est favorable aux cultures, mais une sécheresse sévère est toujours possible. L’irrigation reste une assurance indispensable.

Sécheresse marquée oblige, les prélèvements ont été un peu plus importants en 2019 qu’en 2018 : 13,7 millions de m3 contre 12,3 en 2018. Le prélèvement irrigation divisé par la surface départementale (6 127 km2) représente, en moyenne, l’équivalent de 2,24 mm d’eau. Sachant que la pluviométrie moyenne annuelle est de 695 mm, celle de juillet et août étant de 95 mm.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Des vignerons formés aux réglages des outils de travail du sol

Une quinzaine de vignerons et salariés viticoles a bénéficié d’une formation pour apprendre à régler de façon optimale les outils de travail du sol

Semis : une mission presque impossible ?

Semer les cultures de printemps constitue cette année un défi dans plusieurs secteurs du département.

« L’employeur doit assurer la sécurité de ses salariés »

Que ce soit pour le risque CO2 ou les autres risques professionnels, l’employeur a un vrai rôle à jouer auprès de ses salariés, comme l’explique Au

Risque CO2 : ventiler et détecter, les deux impératifs

Les accidents liés au CO2 sont malheureusement trop nombreux dans les exploitations viticoles.

Chenonceaux aspire à voler de ses propres ailes

En assemblée générale le 21 mars, les adhérents de l’ODG touraine-chenonceaux ont acté le fait de travailler cette année pour évoluer d’un statut d

Comprendre la puissance du sol

 « Ce qu’on sait sur le sol, c’est qu’on ne sait pas grand-chose ! », lançait Konrad Schreiber, lors d’une formation en agronom

Publicité