Aller au contenu principal

Journée technique Apad
Peut-on se passer du glyphosate en agriculture de conservation des sols ?

Une rotation des cultures bien pensée et des couverts d’intercultures efficaces semblent les leviers indispensables à la gestion de l’enherbement en ACS* sans glyphosate.

L’Apad a organisé le 30 mai une journée technique consacrée à la gestion de l’enherbement en ACS. Le but était de faire le bilan des essais sur les plateformes « Solutions ACS » (notamment celle de Chemillé-sur-Indrois), qui visent à voir comment se passer du glyphosate.

Les essais ont porté sur deux cultures d’automne (blé / colza ou féverole ou pois d’hiver), suivies de deux cultures de printemps (maïs ou millet ou sorgho / soja ou sarrasin ou pois de printemps ou pois chiche). A Chemillé-sur-Indrois, la rotation était blé – féverole – sarrasin – millet.

Les itinéraires techniques testés étaient les suivants :

• itinéraire de référence sans travail du sol et avec glyphosate ;

• itinéraire témoin avec désherbage mécanique alternatif sans travail du sol et sans glyphosate ;

• désherbage mécanique alternatif sans travail du sol avec une demi-dose de glyphosate (seulement lors de la 2ème campagne),

• désherbage mécanique travaillant superficiellement le sol (scalpage) et sans glyphosate.

Sur les 5 plateformes où ces essais ont été menés, trois ont montré des résultats concluants. Mais sur toutes, les comptages témoignent d’une augmentation du nombre d’adventices, d’une augmentation entre l’année N et les années suivantes. Il y aura tout de même eu un impact positif de l’application de glyphosate et du scalpage.

Si l’on considère les 2 premières campagnes étudiées, les leviers alternatifs sans travail du sol (broyage, rouleau, pâturage) et sans glyphosate, ne permettent pas d’atteindre un niveau d’efficacité contre les adventices similaire à celui que peut atteindre la référence glyphosate, utilisée en moyenne à 2,4 l/ha.

Les graminées, ray-grass en tête, sont les plus difficiles à détruire en début de cycle, et la proportion d’adventices ayant atteint des stades difficiles à détruire est également plus élevée.

 

TEMPS DE TRAVAIL ET CARBURANT AUSSI PRIS EN COMPTE

Dans certains cas toutefois, la succession sans glyphosate a été concluante. Les conditions de réussite identifiées sont :

• un couvert d’interculture concurrentiel aux adventices, dont la gestion est possible et qui ne pose pas de problème à la culture suivante ;

• une culture suivante dont la palette d’herbicides homologués en culture est large (cas du maïs) ou comprenant des antigraminées efficaces (colza ou féverole).

Certains leviers utilisés ponctuellement, comme la fauche avec export ou l’écimage, ont aussi un effet positif.

Les modalités sans usage de glyphosate mais avec travail du sol (scalpage) et celles avec usage d’un désherbage mécanique sans travail du sol l’année N 1 (rouleau) suivi par l’application d’une dose réduite de glyphosate l’année N 2, obtiennent des résultats intermédiaires à ceux de la référence avec glyphosate et témoin sans glyphosate. Le scalpage obtient des résultats variables, parfois similaires à la référence, parfois inférieurs. L’action du rouleau n’a pu être démontrée, mais la dose réduite de glyphosate l’année N 2 compense cette contre-performance. Le couvert permanent de trèfle blanc nain dans l’une des plateformes apparait aussi être un outil intéressant dans la lutte contre les adventices, du fait de sa couverture importante au sol. Les marges brutes respectives vont de - 6 à - 18 % et de - 25 à - 54 % par rapport à la modalité glyphosate.

Les GES relatifs à la consommation de carburant sont plus importants pour ces modalités scalpage et dose réduite de glyphosate, à cause d’un ou plusieurs passages d’outils supplémentaires.

Le temps de travail est plus important pour ces deux modalités (débit de chantier des outils et nombre de passages).

En conclusion, « il y a aujourd’hui peu, voire pas, d’alternative efficace au glyphosate. La moindre erreur dans un itinéraire sans glypho n’est pas récupérable, assure Thibault François, qui suit les plateformes Solutions ACS à l’Apad. Sur cette parcelle, aucune modalité n’a été concluante, le scalpage n’est pas une solution miracle... Le conseil est d’avoir une rotation opportuniste. »

*agriculture de conservation des sols

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Il n'y a pas d'âge pour s'installer !
Depuis toujours salariée dans le domaine agricole, Anne-Marie Serrault s’est installée à 47 ans en maraîchage au sud de l’agglomération touran
Moisson : des volumes à la peine en terres légères
De façon globale, l’année n’est pas mauvaise avec toutefois des écarts significatifs de rendements, y compris au sein d’une même exploitation.
Transmission du métier de vigneron : du réel au virtuel
A 25 ans, Emile Coddens, second de chai au domaine Plou et fils à Chargé, fait le buzz sur la toile.
Aspergus, la marque de qualité de Médéric Boisseau
Jeune agriculteur en grandes cultures, Médéric Boisseau est actuellement en pleine saison de l’asperge, pour la deuxième année consécutive.
Que faire face aux colzas défoliés par les pigeons ramiers ?
Depuis deux semaines, de nombreuses parcelles de colza présentent d’importants dégâts de pigeons ramiers.
Témoignage millésime 2021 : de la qualité à défaut du volume
Les 26 à 27 hl/ha récoltés par le domaine Les pierres écrites sont supérieurs aux 20 hl récoltés, en moyenne, sur le territoire de l’appellati
Publicité