Aller au contenu principal

Quantité et qualité, au prix d’une vinification complexe

Le millésime 2023 semble prometteur. Mais il nécessite un travail à la vigne et au chai important. Tri de la vendange, sélection des jus, sulfitage, chaptalisation... les interventions sont nombreuses. Echange avec un œnologue de la Chambre d’agriculture.

La vendange des cépages rouges n’en est qu’à ses prémices au sein du département. Les blancs en revanche, et plus particulièrement les chenins destinés aux vins de base, sont en pleine récolte. « Les rendements semblent corrects, rassure Philippe Gabillot, conseiller œnologique à la chambre d’agriculture d’Indre-et-Loire. On retrouve en sortie de pressoir des jus plutôt nets et fins. » Cependant, le travail pour obtenir ces jus de qualité est important. « Cela demande un gros tri au sein même de la vendange, pour les vignerons qui récoltent manuel lement. Pour les vendanges mécanisées, ils doivent sélectionner les jus en sortie de pressoir », conseille-t-il. En effet, la vendange est parfois dégradée à cause de la drosophile qui provoque une pourriture acide. « Nous retrouvons des jus avec 0,66 à 0,70 de volatile en sortie de pressoir dans les cas les plus extrêmes. » Le conseiller estime qu’il est nécessaire de sulfiter les moults à hauteur minimum de 4 g/hl.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

La situation semble sous contrôle pour l'instant

Au vu du printemps exceptionnellement pluvieux, les viticulteurs redoutaient l’explosion de maladies fongiques, notamment du mildiou, surtout après

De la technique pour contrer les aléas météo

Pas moins de 350 adhérents de Centre Ouest Céréales ont visité la plateforme d’essais conduite par la coopérative, le 30 mai.

Gestion des adventices : multiplier les leviers pour plus d’efficacité

Impliqué dès le départ dans la co-conception des systèmes de culture mis en place sur la plateforme Syppre Berry, Matthieu Jeanneau fait également

Explications sur la dérogation cas de force majeure

La reconnaissance du cas de force majeure pour les cultures de début de printemps va permettre que toutes les parcelles soient primables, mêmes cel

Comment déclarer les accidents de culture ?

Les accidents de cultures de plus de 10 ares doivent être signalés.

Des éleveurs bovins décontenancés

Sortir les animaux, les rentrer lorsque la portance devient vraiment insuffisante, les sortir à nouveau, faucher en faisant une croix sur la qualit

Publicité