Aller au contenu principal

Ravageurs
Que faire face aux colzas défoliés par les pigeons ramiers ?

Depuis deux semaines, de nombreuses parcelles de colza présentent d’importants dégâts de pigeons ramiers. Les pigeons attaquent les limbes des feuilles, mais aussi l’inflorescence principale. Cela entrainera des retards de développement et des plantes qui buissonneront si l’inflorescence principale a été sectionnée.

Limiter la présence des pigeons dans la parcelle reste une des principales actions à mener. Les pigeons ramiers, étant considérés dans l’Indre-et-Loire comme espèce pouvant occasionner des dégâts, peuvent être chassés jusqu’au 30 juin, sous autorisation préfectorale. Et cela, dans toutes les communes du département sur l’emprise des surfaces agricoles utilisées et aux abords immédiats, à poste fixe matérialisé. (Formulaire disponible sur https://www.indre-et-loire.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement/Biodiversite/Chasse-et-regulation-des-nuisibles/Formulaire-de-destruction-d-animaux-susceptibles-d-occasionner-des-degats).

 

Autre solution, l’utilisation d’effaroucheurs. Cependant, ces dispositifs ne présentent pas de garantie absolue et les pigeons s’y habituent rapidement. Ils peuvent toutefois permettre d’attendre l’avancée des semis de cultures de printemps.

 

ADAPTER L’ITINÉRAIRE DU COLZA DÉFOLIÉ

Sauf cas très particulier, aucun colza ne doit être retourné. Actuellement, les parcelles sont en cours de montaison et présentent de bons développements végétatifs, avec peu, voire aucun impact des larves d’altise ou de charançon du bourgeon terminal. La grande majorité des parcelles attaquées par les pigeons pourra repartir et compenser cette défoliation temporaire.

 

En revanche, sur les parcelles fortement défoliées, un retard de stade va être occasionné. Le colza va devoir remettre en place un appareil végétatif complet (feuilles et boutons) pour partir en floraison. La mise en place de cette biomasse va prendre du temps et risque d’être plus faible qu’en conditions sans attaque de pigeons. Dans ce contexte, les performances de la plante sont susceptibles d’être moins élevées et les besoins en azote plus faibles, avec un objectif de rendement réévalué. Cependant, la compensation du colza est forte, ainsi nul besoin supplémentaire en azote.

 

Selon le climat de l’année, le rendement pourra être assuré par d’autres composantes de rendements tels que le nombre de graines/silique ou le PMG. Point important, les dégâts n’occasionnent pas de perte de pieds.

 

ACCOMPAGNER CE NOUVEAU CYCLE DU COLZA

Alors que les seconds apports touchent à leurs fins, pour ces parcelles, il est préférable de le fractionner la quantité en deux apports si la dose prévue est importante, afin de relancer et accompagner la mise en place de la nouvelle surface foliaire.

 

Sur ces parcelles, il faudra également être vigilant à la pression à venir des méligèthes afin éviter un avortement trop important de boutons, ce qui demandera une nouvelle fois à la plante de compenser.

 

En cas d’hétérogénéité dans la parcelle due aux attaques des pigeons, il faudra être vigilant lors de la floraison pour intervenir au bon stade pour protéger la culture contre le sclerotinia. Si la parcelle présente une forte hétérogénéité, il peut être nécessaire de réaliser une double intervention pour couvrir la chute des pétales. A la récolte, il est conseillé également attendre la maturité complète, notamment si le colza a produit beaucoup de ramifications pour compenser.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Aspergus, la marque de qualité de Médéric Boisseau
Jeune agriculteur en grandes cultures, Médéric Boisseau est actuellement en pleine saison de l’asperge, pour la deuxième année consécutive.
Témoignage millésime 2021 : de la qualité à défaut du volume
Les 26 à 27 hl/ha récoltés par le domaine Les pierres écrites sont supérieurs aux 20 hl récoltés, en moyenne, sur le territoire de l’appellati
Emballages fruits et légumes : une nouvelle réglementation difficilement applicable
Le décret publié le 12 octobre 2021 qui émane de la loi anti-gaspillage de janvier 2020 est entré en application ce 1er
Dégâts de gibier : l’agrainage interdit en Touraine
Devant l’envolée du coût des dégâts, les risques de collisions routières liés à la présence trop importante de sangliers, la DDT a décidé d’in
Témoignage viticole : "une année éreintante"
Une campagne sans vendanges, on fait comment ?
Résistance aux fongicides : ne pas baisser la garde
Retour sur la réunion technique d’hiver Agroveille de la chambre d’agriculture, où plusieurs thématiques majeures pour la réussite technico-éc
Publicité