Aller au contenu principal

Semis direct sous couvert : plus hasardeux et plus cher sans glyphosate

L’agriculture de conservation des sols cherche des portes de sortie en cas d’interdiction du glyphosate. Les essais d’Arvalis apportent les premières réponses.

Parée de vertus (lire article p 13), la culture en semis direct sous couverts permanents a son talon d’Achille, le glyphosate. Bien que la controverse autour de la toxicité de ce phyto soit loin d’être tranchée, la question du contrôle des adventices sans travail du sol et sans désherbant chimique est désormais posée. Quand la pluviométrie estivale est au rendez-vous, l’agriculteur en SDSC cherchera à étouffer toute velléité de développement de la flore concurrente.

 

Les résultats Arvalis, obtenus d’un couvert permanent à base de trèfle blanc sous couvert de colza, sont encourageants avec une production de plus de 4 t/ha de biomasse. « La formule semble plus intéressante sur ce critère que le semis d’un couvert multi-espèces derrière un blé », indique Jérôme Labreuche, spécialiste de la question à Arvalis Institut du végétal.

 

Le sans glypho en cinq points

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Un reliquat moyen de 40 unités d’azote
Pour piloter ses apports d’azote de céréales, le recours aux outils de diagnostic précoce est très fortement recommandé cette campagne avec le
Le sans soufre à pas comptés
AOC BOURGUEIL & ST NICOLAS DE B/ Vigneron de Benais en Touraine Val de Loire, Vincent Delanoue, après plusieurs tests de vinification sans
Treize nouveaux apprentis viticoles à Amboise
Depuis le 10 janvier, treize adultes sont engagés dans la formation « ouvrier qualifié viticole » au lycée d’Amboise.
Le sans soufre avec précautions
Vigneron de Benais, Vincent Delanoue, après plusieurs tests de vinification sans soufre, s’est lancé cette année grandeur nature sur 10 % de s
Nitrates : un nouveau tour de vis en prévision ?
Alors que de nouvelles règles viennent contraindre encore plus l’activité agricole, une évolution de la réglementation sur la pollution des ea
Déjouer les pièges d’une vinification sans sulfites
Vinifier sans soufre ajouté des raisins peu acides présente des risques.
Publicité