Aller au contenu principal

Environnement
Sols français : le constat rassurant de l’Inra

 Touraine Grandes Cultures / L’état de santé microbiologique des sols français est globalement bon constate l’Inra. Le constat n’est pas idyllique et le changement de pratiques en cours chez les agriculteurs devrait contribuer à maintenir et restaurer ce patrimoine vital.

fosse pédologie, agronomie, sol
Les indicateurs agronomiques et biologiques indiquent 35% des sols en bon état de fertilité biologique et 58% en état moyen.
© Philippe Guilbert

Chaulage, azote, maladies, couverts, phosphore, la journée Touraine Grandes Cultures, qui s’est tenue à l’Inra de Nouzilly le 30 novembre, a ratissé large. Mais une intervention a particulièrement capté l’auditoire de techniciens et d’agriculteurs, celle de Battle Karimi (Inra de Dijon) sur la qualité microbiologique des sols. Contrairement à l’idée matraquée par les détracteurs de l’agriculture conventionnelle et complaisamment relayée par les médias, les sols français ne sont pas mal en point « mais ils sont à surveiller ». Les indicateurs agronomiques et biologiques analysés dans le cadre de l’observatoire naturel de la biodiversité indiquent 35 % de sols en bon état de fertilité biologique, 58 % en état moyen ; 8 % étant qualifiés de biologiquement faibles. Ce qui est déjà trop mais très loin de l’anxiogène « tous les sols français sont morts ».

Un travail de fourmi

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Comprendre la puissance du sol

 « Ce qu’on sait sur le sol, c’est qu’on ne sait pas grand-chose ! », lançait Konrad Schreiber, lors d’une formation en agronom

Plus besoin de tire-bouchon pour boire du vin !

Vignerons à Benais, Vincent et Guillaume Delanoue proposent désormais une partie de leur production conditionnée en canettes, pour aller chercher u

Que sait-on aujourd’hui de la flavescence dorée ?

 Dispersion de la maladie, sensibilité en fonction des cépages, phénomènes de rétablissement : état des lieux sur les connaissances actue

La méthode de plantation en potets travaillés fait ses preuves

Une visite forestière a été organisée à l’issue de l’assemblée générale du Cetef de Touraine.

La longévité d’une parcelle débute par une implantation réussie

Face à l’évolution du climat, les chercheurs planchent sur différents leviers pour améliorer l’adaptation de la vigne.

Un projet amené à grandir à Abilly

Céréalier à Abilly, Bernard Limouzin s’est lancé dans un ambitieux projet d’agroforesterie il y a deux ans.

Publicité