Aller au contenu principal

Environnement
Sols français : le constat rassurant de l’Inra

 Touraine Grandes Cultures / L’état de santé microbiologique des sols français est globalement bon constate l’Inra. Le constat n’est pas idyllique et le changement de pratiques en cours chez les agriculteurs devrait contribuer à maintenir et restaurer ce patrimoine vital.

fosse pédologie, agronomie, sol
Les indicateurs agronomiques et biologiques indiquent 35% des sols en bon état de fertilité biologique et 58% en état moyen.
© Philippe Guilbert

Chaulage, azote, maladies, couverts, phosphore, la journée Touraine Grandes Cultures, qui s’est tenue à l’Inra de Nouzilly le 30 novembre, a ratissé large. Mais une intervention a particulièrement capté l’auditoire de techniciens et d’agriculteurs, celle de Battle Karimi (Inra de Dijon) sur la qualité microbiologique des sols. Contrairement à l’idée matraquée par les détracteurs de l’agriculture conventionnelle et complaisamment relayée par les médias, les sols français ne sont pas mal en point « mais ils sont à surveiller ». Les indicateurs agronomiques et biologiques analysés dans le cadre de l’observatoire naturel de la biodiversité indiquent 35 % de sols en bon état de fertilité biologique, 58 % en état moyen ; 8 % étant qualifiés de biologiquement faibles. Ce qui est déjà trop mais très loin de l’anxiogène « tous les sols français sont morts ».

Un travail de fourmi

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Le sans soufre à pas comptés
AOC BOURGUEIL & ST NICOLAS DE B/ Vigneron de Benais en Touraine Val de Loire, Vincent Delanoue, après plusieurs tests de vinification sans
Treize nouveaux apprentis viticoles à Amboise
Depuis le 10 janvier, treize adultes sont engagés dans la formation « ouvrier qualifié viticole » au lycée d’Amboise.
Le sans soufre avec précautions
Vigneron de Benais, Vincent Delanoue, après plusieurs tests de vinification sans soufre, s’est lancé cette année grandeur nature sur 10 % de s
Nitrates : un nouveau tour de vis en prévision ?
Alors que de nouvelles règles viennent contraindre encore plus l’activité agricole, une évolution de la réglementation sur la pollution des ea
Déjouer les pièges d’une vinification sans sulfites
Vinifier sans soufre ajouté des raisins peu acides présente des risques.
Une stratégie sur mesure pour sortir des impasses
Des purs céréaliers cochant la case retour à l’élevage laitier, le fait est suffisamment exceptionnel pour être relevé, d’autant que ce n’est
Publicité