Aller au contenu principal

Environnement
Sols français : le constat rassurant de l’Inra

 Touraine Grandes Cultures / L’état de santé microbiologique des sols français est globalement bon constate l’Inra. Le constat n’est pas idyllique et le changement de pratiques en cours chez les agriculteurs devrait contribuer à maintenir et restaurer ce patrimoine vital.

fosse pédologie, agronomie, sol
Les indicateurs agronomiques et biologiques indiquent 35% des sols en bon état de fertilité biologique et 58% en état moyen.
© Philippe Guilbert

Chaulage, azote, maladies, couverts, phosphore, la journée Touraine Grandes Cultures, qui s’est tenue à l’Inra de Nouzilly le 30 novembre, a ratissé large. Mais une intervention a particulièrement capté l’auditoire de techniciens et d’agriculteurs, celle de Battle Karimi (Inra de Dijon) sur la qualité microbiologique des sols. Contrairement à l’idée matraquée par les détracteurs de l’agriculture conventionnelle et complaisamment relayée par les médias, les sols français ne sont pas mal en point « mais ils sont à surveiller ». Les indicateurs agronomiques et biologiques analysés dans le cadre de l’observatoire naturel de la biodiversité indiquent 35 % de sols en bon état de fertilité biologique, 58 % en état moyen ; 8 % étant qualifiés de biologiquement faibles. Ce qui est déjà trop mais très loin de l’anxiogène « tous les sols français sont morts ».

Un travail de fourmi

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Après le gel : la FAV reçoit les parlementaires
Un sénateur, un conseiller départemental et un député ont répondu à l’invitation de la fédération des associations viticoles d’Indre-et-Loire
« Les retours des clients, c’est une vraie récompense »
Julie Maréchaux s’est lancée depuis deux ans dans la transformation et la vente directe des céréales de son mari et d’autres produits de la fe
Patate douce : le tubercule qui monte, qui monte !
Quand un horticulteur chinonais saisit à la volée l’ascension fulgurante de la patate douce.
Asperges : des cours soutenus mais une saison raccourcie
La production d’asperges de Touraine atteint son pic dans un contexte de marché favorable.
Raisins : le potentiel incertain des bourgeons secondaires
Réputés peu ou pas fructifères, les bourgeons secondaires vont recevoir le signal du débourrement, une fois le stress du gel partiellement est
Gel : des producteurs meurtris mais pas abattus
Vignes et vergers stressés par dix jours de gel se remettent lentement.
Publicité