Aller au contenu principal

Environnement
Sols français : le constat rassurant de l’Inra

 Touraine Grandes Cultures / L’état de santé microbiologique des sols français est globalement bon constate l’Inra. Le constat n’est pas idyllique et le changement de pratiques en cours chez les agriculteurs devrait contribuer à maintenir et restaurer ce patrimoine vital.

fosse pédologie, agronomie, sol
Les indicateurs agronomiques et biologiques indiquent 35% des sols en bon état de fertilité biologique et 58% en état moyen.
© Philippe Guilbert

Chaulage, azote, maladies, couverts, phosphore, la journée Touraine Grandes Cultures, qui s’est tenue à l’Inra de Nouzilly le 30 novembre, a ratissé large. Mais une intervention a particulièrement capté l’auditoire de techniciens et d’agriculteurs, celle de Battle Karimi (Inra de Dijon) sur la qualité microbiologique des sols. Contrairement à l’idée matraquée par les détracteurs de l’agriculture conventionnelle et complaisamment relayée par les médias, les sols français ne sont pas mal en point « mais ils sont à surveiller ». Les indicateurs agronomiques et biologiques analysés dans le cadre de l’observatoire naturel de la biodiversité indiquent 35 % de sols en bon état de fertilité biologique, 58 % en état moyen ; 8 % étant qualifiés de biologiquement faibles. Ce qui est déjà trop mais très loin de l’anxiogène « tous les sols français sont morts ».

Un travail de fourmi

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Aspergus, la marque de qualité de Médéric Boisseau
Jeune agriculteur en grandes cultures, Médéric Boisseau est actuellement en pleine saison de l’asperge, pour la deuxième année consécutive.
Que faire face aux colzas défoliés par les pigeons ramiers ?
Depuis deux semaines, de nombreuses parcelles de colza présentent d’importants dégâts de pigeons ramiers.
Témoignage millésime 2021 : de la qualité à défaut du volume
Les 26 à 27 hl/ha récoltés par le domaine Les pierres écrites sont supérieurs aux 20 hl récoltés, en moyenne, sur le territoire de l’appellati
Emballages fruits et légumes : une nouvelle réglementation difficilement applicable
Le décret publié le 12 octobre 2021 qui émane de la loi anti-gaspillage de janvier 2020 est entré en application ce 1er
Dégâts de gibier : l’agrainage interdit en Touraine
Devant l’envolée du coût des dégâts, les risques de collisions routières liés à la présence trop importante de sangliers, la DDT a décidé d’in
Témoignage viticole : "une année éreintante"
Une campagne sans vendanges, on fait comment ?
Publicité