Aller au contenu principal

Sorgho : le cave se rebiffe

Traditionnellement considéré comme la roue de secours des assolements, le sorgho y occupe désormais la part pleine et entière d’une céréale qui ne manque pas d’atouts.

Les sécheresses estivales compromettent l’installation des colzas et les performances des maïs. En 2020, le sorgho réputé sobre s’est engouffré dans la fenêtre. Cet habitué du Sud étend désormais son cantonnement au nord de la Loire. Cette année, l’Indre-et-Loire s’est ainsi hissé au rang de second département sorgho de France.

 

L’introduction du sorgho sécurise les rotations tout en apportant des réponses agronomiques aux infestations de graminées adventices, comme l’indiquait lors du dernier Agroveille (1) de la chambre d’agriculture, Frédéric Guedj, responsable du marché du sorgho chez Lidea (ex-Euralis). « Il ne s’agit pas de remplacer le maïs mais d’introduire une céréale complémentaire dont les débouchés sont conséquents, à condition de sensibiliser les filières d’alimentation animale ». Aliment de choix pour les volailles et les porcs, le sorgho est aussi prisé en oisellerie.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Transmission du métier de vigneron : du réel au virtuel
A 25 ans, Emile Coddens, second de chai au domaine Plou et fils à Chargé, fait le buzz sur la toile.
Aspergus, la marque de qualité de Médéric Boisseau
Jeune agriculteur en grandes cultures, Médéric Boisseau est actuellement en pleine saison de l’asperge, pour la deuxième année consécutive.
Que faire face aux colzas défoliés par les pigeons ramiers ?
Depuis deux semaines, de nombreuses parcelles de colza présentent d’importants dégâts de pigeons ramiers.
Témoignage millésime 2021 : de la qualité à défaut du volume
Les 26 à 27 hl/ha récoltés par le domaine Les pierres écrites sont supérieurs aux 20 hl récoltés, en moyenne, sur le territoire de l’appellati
Emballages fruits et légumes : une nouvelle réglementation difficilement applicable
Le décret publié le 12 octobre 2021 qui émane de la loi anti-gaspillage de janvier 2020 est entré en application ce 1er
Dégâts de gibier : l’agrainage interdit en Touraine
Devant l’envolée du coût des dégâts, les risques de collisions routières liés à la présence trop importante de sangliers, la DDT a décidé d’in
Publicité