Aller au contenu principal

Œnologie
Une baisse inévitable mais réfléchie

SULFITES/ faut-il sans passer ? Pas obligatoirement, mais réduire les doses d’emploi, oui c’est tout à fait possible comme le montre un essai conduit sur chenin en 2017.

© Philippe Guilbert

Longtemps incontournable, l’anhydride sulfureux n’est plus en odeur de sainteté. Antiseptique, anti-oxydant mais aussi et c’est moins connu anti-oxydasique, le SO2 engendre des effets organoleptiques et métaboliques indéniables. Trop dosé, son odeur masque le fruité et occasionne une sensation de sécheresse et de dureté. Il peut aussi occasionner des allergies voire des pathologies. Mais correctement utilisés, les sulfites évitent la graisse (FML), la formation d’acétate d’éthyle, ils préviennent l’oxydation et le vieillissement prématuré des vins. En l’absence de SO2 libre, le goût de souris prolifère. Philippe Gabillot, œnologue de la chambre d’agriculture a listé lors de la visite des vignes de vouvray les alternatives au SO2. Pour réduire la synthèse naturelle de SO2 indigène, l’emploi de souche de levures rapides, bien alimentées en azote, produisant peu de SO2, selon un protocole fractionné, palliera l’emploi de sulfites ajoutés utilisés comme antiseptique.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Comprendre la puissance du sol

 « Ce qu’on sait sur le sol, c’est qu’on ne sait pas grand-chose ! », lançait Konrad Schreiber, lors d’une formation en agronom

Plus besoin de tire-bouchon pour boire du vin !

Vignerons à Benais, Vincent et Guillaume Delanoue proposent désormais une partie de leur production conditionnée en canettes, pour aller chercher u

Que sait-on aujourd’hui de la flavescence dorée ?

 Dispersion de la maladie, sensibilité en fonction des cépages, phénomènes de rétablissement : état des lieux sur les connaissances actue

La méthode de plantation en potets travaillés fait ses preuves

Une visite forestière a été organisée à l’issue de l’assemblée générale du Cetef de Touraine.

La longévité d’une parcelle débute par une implantation réussie

Face à l’évolution du climat, les chercheurs planchent sur différents leviers pour améliorer l’adaptation de la vigne.

Un projet amené à grandir à Abilly

Céréalier à Abilly, Bernard Limouzin s’est lancé dans un ambitieux projet d’agroforesterie il y a deux ans.

Publicité