Aller au contenu principal

Œnologie
Une baisse inévitable mais réfléchie

SULFITES/ faut-il sans passer ? Pas obligatoirement, mais réduire les doses d’emploi, oui c’est tout à fait possible comme le montre un essai conduit sur chenin en 2017.

© Philippe Guilbert

Longtemps incontournable, l’anhydride sulfureux n’est plus en odeur de sainteté. Antiseptique, anti-oxydant mais aussi et c’est moins connu anti-oxydasique, le SO2 engendre des effets organoleptiques et métaboliques indéniables. Trop dosé, son odeur masque le fruité et occasionne une sensation de sécheresse et de dureté. Il peut aussi occasionner des allergies voire des pathologies. Mais correctement utilisés, les sulfites évitent la graisse (FML), la formation d’acétate d’éthyle, ils préviennent l’oxydation et le vieillissement prématuré des vins. En l’absence de SO2 libre, le goût de souris prolifère. Philippe Gabillot, œnologue de la chambre d’agriculture a listé lors de la visite des vignes de vouvray les alternatives au SO2. Pour réduire la synthèse naturelle de SO2 indigène, l’emploi de souche de levures rapides, bien alimentées en azote, produisant peu de SO2, selon un protocole fractionné, palliera l’emploi de sulfites ajoutés utilisés comme antiseptique.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Des visites de parcelles rassurantes
C’est à Saint-Ouen-les-Vignes notamment que les membres des GDA Nord Touraine se sont réunis la semaine dernière pour un tour de plaine.
GDA : conforter ses choix par l’échange
Ils sont une quinzaine autour de la grande table installée sous le hangar d’Alain Baron à Orbigny.
La populiculture se réinvente pour redorer son image
A l’heure du bilan du projet « Du peuplier pour l’avenir », le CRPF s’attelle à diffuser les bonnes pratiques de la populiculture, pour dévelo
Suite aux aléas, des cultures "sur le fil"
Avec le gel et le stress hydrique du début de printemps, les cultures d’hiver ont été mises à l’épreuve.
Viticulture : ultimes réglages du pulvé avant les premiers traitements
Baptiste Desbourdes vient d’effectuer son premier traitement fongicide.
Couverts : « Aujourd’hui, je sais tous les avantages que ça apporte derrière »
Jean-François Varvou, en TCS et semis direct, a appris à apprivoiser les couverts d’intercultures.
Publicité