Aller au contenu principal

Une dynamique très positive

 L’abattoir de Saint-Flovier, principalement consacré aux volailles, affiche un bilan très positif et une belle dynamique ces dernières années.

Après des heures plutôt sombres, l’abattoir de Saint-Flovier connaît désormais des jours bien plus sereins. Il y a trois ans, une nouvelle équipe avait pris la tête de la structure, notamment Anthony Beunet en tant que président. « A l’époque, on visait un objectif de 27 000 abattages, pour retrouver l’équilibre, et finalement en 2021 on a atteint les 33 000, se réjouit l’éleveur de volailles bio de Truyes. Ça a évolué grâce aux nouvelles installations en volailles de ces dernières années. »La structure compte une vingtaine d’apporteurs réguliers, avec des volumes significatifs. Les nouvelles installations - pas encore en rythme de croisière - compensent déjà largement les arrêts d’activité, et c’est une très bonne nouvelle. L’abattoir traite principalement des poulets et des pintades, et un peu de lapins. 80 % des volumes abattus sont labellisés en bio, signe d’une évolution dans la filière avicole, que ce soit au niveau des installations et des conversions.

UNE AUGMENTATION D’UN TIERS DU CHIFFRE D’AFFAIRES

Le chiffre d’affaires, d’environ100 000 euros aujourd’hui, a augmenté d’un tiers, et une journée supplémentaire hebdomadaire d’abattage a été mise en place. « L’outil est à l’équilibre économique, et on a clairement passé un cap », se félicite le président. « Nous allons même passer à trois jours d’abattage une semaine sur deux, pour répondre aux besoins, ajoute Anthony Beunet. Cela implique de bien optimiser le planning de la journée supplémentaire, de raisonner les temps de nettoyage et surtout d’organiser les choses au niveau du temps de travail des salariés. » La gestion rigoureuse a payé et continue de porter ses fruits. Après avoir été mis en demeure, l’abattoir connaît désormais une situation sanitaire complètement assainie, puisqu’un nouvel agrément a été obtenu. La méthodologie d’abattage a également été modifiée, pour gagner du temps et faciliter le respect des règles sanitaires. Grâce aux aides du plan de relance, des travaux de modernisation vont être réalisés. « On a déjà racheté du matériel, et on se montre rigoureux sur l’entretien pour pérenniser les équipements. On doit maintenant changer les groupes de froid, car les actuels ne sont pas assez puissants face au nombre de jours de fortes chaleurs. Nous devons les remplacer par des modèles prévus pour les milieux tropicaux. » Il faudrait aussi refaire les vestiaires, ou encore déplacer une armoire électrique, mais une gestion raisonnable de la trésorerie impose d’agir petit à petit.

LA MAIN D’ŒUVRE,  FREIN AU DÉVELOPPEMENT

La main d’œuvre reste un frein réel à l’activité. « On est sans arrêt à la recherche de salariés. On a une équipe plutôt stable de 3-4 salariés, mais il nous faudrait au moins un salarié supplémentaire en plus, pour ne pas être à flux tendu », illustre Anthony Beunet. La situation devrait s’arranger tout prochainement puisqu’une solution semble avoir été trouvée grâce à un emploi partagé. Via le groupement d’employeurs de Touraine, une personne devrait répartir son temps de travail entre l’abattoir, un élevage cunicole et un élevage avicole. Le conseil d’administration de la structure devrait se renouveler à la rentrée, pour être plus représentatif des coopérateurs. « Il faut que les nouveaux installés s’impliquent dans le bureau, comme je l’ai fait il y a trois ans, considère Anthony Beunet. C’est plus facile de prendre les rênes de l’abattoir aujourd’hui : la situation est saine aux niveaux économique et sanitaire, le fonctionnement est bien en place, les gens sont investis et on est dans une dynamique positive. On a même dû refuser un apporteur, parce qu’on ne trouve pas le nombre de salariés nécessaire pour accepter plus de volumes. » L’abattoir de Saint-Flovier est en tout cas un bel exemple d’outil local en bonne santé, au service de la filière avicole.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

L’EARL Renard : une exploitation familiale qui sait s’adapter
Après un âge d’or du maraîchage à Saint-Pierre-des-Corps, il ne reste plus que deux exploitations, dont l’EARL Renard.
VALORISER AU MIEUX SES EFFLUENTS D’ÉLEVAGE
Le pilotage de la fertilisation pour cette campagne s’avère délicat compte tenu de la flambée inédite des prix des engrais.
La truite a son repaire à Langeais
 Avec l’envie de proposer une offre de poissons de qualité aux consommateurs locaux, Jérémie Bonnissent a repris une ferme piscicole l’année dernière.
« Contractualiser est l’occasion de préciser les choses »
La section régionale lait de la FNSEA CVL organise une série de réunions pour parler de la contractualisation de la viande issue du troupeau laitier.
La démarche de transfert DPB est simplifiée
 Avec la nouvelle Pac, pour valider le transfert des DPB, il n’y a plus besoin de justifier que leur cession se fait en parallèle de transfert de fonc
Un cycle des cultures raccourci dans les prochaines décennies
Quels sont les impacts du changement climatique sur le cycle des cultures céréalières ?
Publicité