Aller au contenu principal

Coopération
2019/2020 : pas de campagne faste pour la Copac

Une petite année pour la Coopérative des agriculteurs du chinonais, dont le déroulé a été présenté lors d’une assemblée générale en petit comité juste avant Noël.

Au printemps dernier, la coopérative - qui a choisi de se concentrer sur la collecte et la vente d’intrants - a instauré la facturation de ses services agronomiques.

A peine 40 000 tonnes, 38 675 tonnes exactement, soit la masse de grains collectés par la Copac durant la campagne 2019/2020 auprès de ses 915 adhérents. Seul le conseil d’administration était convié le 17 décembre en mairie de Chinon (1) pour valider les comptes et une activité concrétisée par une somme ; celle du chiffre d’affaires, soit 13,7 M€.

 

Une somme inférieure de 9 % à l’année précédente qui avait vu les silos se remplir à hauteur de 40 000 tonnes. Au 30 juin 2020, le chiffre d’affaires ressort minoré de 32 k€ par rapport à 2019 (27 k€). Toutes sections confondues, à raison de 29 € de marge par tonne vendue, la marge commerciale est proche de l’année précédente, soit 2,3 M€. Plombé par les résultats déficitaires des deux filiales, la Paysanne et la Paysanne motoculture, le solde financier consolidé de la Copac s’affiche négatif à hauteur de 160 k€, malgré l’injection de 200 k€ sous la forme de titres de participation.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Vignes et vergers : un millésime cueilli au nid par le gel
Comme à chaque fois, il est encore un peu tôt cette fin de semaine pour avoir un bilan précis des dégâts de gel.
La patate douce, une culture pas si simple
La patate douce a le vent en poupe, elle est très demandée par les consommateurs et les jardiniers sont de plus en plus nombreux à l’inviter a
Un enjambeur électrique autonome en test depuis 2 ans à Quincy
Un robot viticole électrique est en expérimentation dans le vignoble de Quincy dans le Cher pour les travaux du sol. Les vig
ZNT riverains : les jachères mellifères SIE, un levier avantageux
La jachère mellifère peut représenter une solution intéressante pour valoriser les zones de non-traitement.
Maïs fourrage : les engrais de ferme limitent les coûts de production
Utilisés à bon escient, les engrais de ferme, fumiers et lisiers, sont très bien valorisés par le maïs fourrage.
Irrigation : un structurateur d'eau en sortie de forage
Réorganiser la molécule d’eau d’irrigation et la rendre plus assimilable, bienfaisante pour les plantes cultivées, c’est le crédo des fabrican
Publicité