Aller au contenu principal

Adaptacol, l’un des huit projets du plan d’action de sortie du Phosmet

  Entourée de Terres Inovia, des chambres d’agriculture et des organismes économiques du Centre-Val  de Loire, la FDGEDA du Cher travaille sur le projet Adaptacol. Il consiste à mettre en place des expérimentations pour déployer  des stratégies alternatives au Phosmet, interdit depuis fin 2021.

Parmi les quatre axes de recherche mis en place dans le cadre du plan d’action de sortie du Phosmet, la FDGEDA du Cher contribue à la mise en place de trois au sein du projet Adaptacol, piloté par Terres Inovia. L’expérimentation vise à améliorer la robustesse du colza face aux altises d’hiver et aux charançons du bourgeon terminal, dans un contexte de généralisation des résistances aux insecticides présents sur le marché. Ils cherchent également à communiquer sur des solutions alternatives, principalement auprès des agriculteurs.

A L’ÉCHELLE DE LA PLANTE…

Dans un premier axe de recherche, l’association d’agriculteurs qui y participe procède à l’étude et au développement de méthodes de lutte à l’échelle de la plante. Via le déploiement d’essais en plateforme, elle évalue le comportement de tolérance des variétés cultivées face aux ravageurs. Pour cela, elle participe à l’acquisition d’images via des drones pour estimer la dynamique de croissance des variétés à l’automne. Parallèlement à ce travail, des mesures d’infestation larvaire sont faites sur ces mêmes variétés. Elle teste également des méthodes agronomiques qui contribuent au développement végétatif du colza et donc, à sa robustesse face aux insectes. Des produits biostimulants sont notamment évalués cette année. D’autres stratégies, tels que les mélanges variétaux, viennent compléter cet axe de recherche autour de la plante. Etant donné qu’il y a des variétés plus ou moins sensibles aux infestations, vaut-il mieux mélanger des cultivars peu sensibles entre eux, ou sacrifier un petit nombre d’individus au sein du peuplement pour favoriser les autres variétés ? Autant de questions auxquelles tentent de répondre ces essais. …

ET DES PARCELLES

Dans un second axe, la FDGEDA du Cher effectue des recherches de solutions à l’échelle de la parcelle et du paysage environnant. Dans le but de baisser durablement la pression parasitaire, elle travaille sur la capacité à détourner les coléoptères d’automne de la culture du colza, dans l’espace et dans le temps, grâce à des plantes de service que l’on va cultiver en association avec le colza ou dans les parcelles de couverts d’interculture. Ces stratégies dites de « Push/Pull » sont aujourd’hui testées avec du radis chinois, identifié comme espèce attractive des insectes d’automne et gélive. Cette année, le radis a été testé en association au sein des parcelles d’essais et également à l’échelle du paysage. En effet, un adhérent de la FDGEDA a bien voulu consacrer une parcelle d’interculture en couvert à du radis chinois. Des mesures d’infestation larvaires ont été réalisées dans celles-ci ainsi que dans des parcelles de colza situées à proximité. Ces travaux viendront compléter les stratégies testées dans des réseaux de parcelles agricoles. Le troisième et dernier axe concerne plus la communication auprès des producteurs. En effet, quel intérêt à mener de la recherche si elle n’est pas transmise à ceux qui en besoin ? Pour répondre concrètement à cette problématique, la FDGEDA fait visiter sa plateforme d’essai régulièrement et communiquera ses résultats lors des réunions l’hiver prochain.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Hier, « la chasse » aux engrais

Jusqu’il y a peu, le fumier était perdu pour les terres agricoles.

Des aménagements agricoles positifs pour la qualité de l’eau

 Pour préserver la qualité de l’eau, certains agriculteurs vont au-delà des obligations légales.

L’occasion de s’engager pour bénéficier de crédits carbone

 Les agriculteurs en grandes cultures intéressés pour réduire leurs émissions de CO2 et bénéficier de crédits carbone sont invités à se manife

Une plantation expérimentale de douze cultivars en Loir-et-Cher

Une plantation multiclonale de peupliers a été mise en place voilà deux ans à Noyers-sur-Cher (41).

Une journée départementale caprine riche en informations pour les éleveurs

Mycoplasmes, déclarations de mouvements, point sur la filière AOP, subventions… Les éleveurs caprins ont fait le plein d’informations utiles lors d

Ibrahima Ndiaye, vendeur d’aliments du bétail à Dakar

Jeune Sénégalais, Ibrahima Ndiaye commercialise toutes sortes d’aliments du bétail dans le quartier Yoff, au nord de Dakar.

Publicité