Aller au contenu principal

ECONOMIE/
Augmentation de 10 % du prix de l’électricité au 1er août

 Le Gouvernement a décidé d’augmenter les tarifs réglementés d’électricité de 10 % au milieu de l’été. Sans le bouclier tarifaire, il aurait bondi de 75 %. Les Pouvoirs publics promettent qu’il ne devrait plus bouger jusqu’à la fin de cette année. 

Après une revalorisation de 15 % en février dernier suite à une première hausse de 4 % un an plus tôt, le prix de l’électricité en France va connaître une nouvelle augmentation de 10 % au 1er août. En effet, le Gouvernement peut, deux fois par an, en février et en août, réviser les tarifs réglementés de l’électricité. Cette évolution concerne les clients dont la puissance des compteurs est inférieure ou égale à 36 kilovoltampères (kVA), soit les ménages et les petites entreprises, artisans et commerçants.

HAUSSE LIMITÉE

Pour rappel, le bouclier tarifaire a été mis en place par le Gouvernement, à l’automne 2021, pour faire face à la flambée des prix de l’énergie engendrée par la reprise économique post-Covid et le début de la guerre en Ukraine.  Dans ce cadre, le gouvernement limite la prochaine hausse à 10 %. « Cela représente une prise en charge de plus du tiers, soit 37 %, de la facture des ménages français, contre 43 % avant cette hausse », avance le ministère de l’Economie. Mais cela aurait pu être pire : la Commission de régulation de l’énergie (CRE) recommandait une hausse de 74,5 %.  

Pour un consommateur moyen se chauffant à l’électrique (7 méga wattheures par an), la facture annuelle passera ainsi de 1 640 euros environ à près de 1 800 euros soit une quinzaine d’euros de plus par mois, selon l’exécutif. Malgré tout, la France dispose des tarifs toujours parmi les plus bas d’Europe. De fait, au Royaume-Uni, en Allemagne, aux Pays-Bas ou en Belgique, les factures d’électricité payées par les consommateurs s’avèrent plus élevées.

VERS LA FIN DU BOUCLIER TARIFAIRE ?

Au total, depuis 2021, le tarif réglementé de l’électricité aura augmenté de 31 %. Selon le Gouvernement, les prix de l’énergie et notamment ceux de l’électricité ne justifient plus le maintien du bouclier tarifaire à son niveau actuel. D’ailleurs, ce dernier aura coûté très cher à l’Etat : un montant évalué à 110 milliards d’euros entre 2021 et 2023.  Gabriel Attal, ancien ministre délégué aux Comptes publics, l’a confirmé mijuillet : le dispositif disparaîtra d’ici à fin 2024. La sortie se fera de façon progressive, comme en témoignent les différentes étapes de hausses. La prochaine, prévue le 1er août, s’explique principalement par l’augmentation des coûts d’acheminement de l’électricité (+ 6,8 % depuis le 1er février selon la CRE) combinée à l’inflation énergétique depuis 2021 contenue depuis deux ans par le bouclier.  Pour le budget 2024, la réduction du mécanisme pour l’électricité et le gaz est censée dégagée des économies de près de 14 milliards d’euros, auxquelles s’ajoutera la fin du guichet d’accompagnement pour les entreprises très consommatrices d’énergies.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Hier, « la chasse » aux engrais

Jusqu’il y a peu, le fumier était perdu pour les terres agricoles.

Des aménagements agricoles positifs pour la qualité de l’eau

 Pour préserver la qualité de l’eau, certains agriculteurs vont au-delà des obligations légales.

L’occasion de s’engager pour bénéficier de crédits carbone

 Les agriculteurs en grandes cultures intéressés pour réduire leurs émissions de CO2 et bénéficier de crédits carbone sont invités à se manife

Une plantation expérimentale de douze cultivars en Loir-et-Cher

Une plantation multiclonale de peupliers a été mise en place voilà deux ans à Noyers-sur-Cher (41).

Une journée départementale caprine riche en informations pour les éleveurs

Mycoplasmes, déclarations de mouvements, point sur la filière AOP, subventions… Les éleveurs caprins ont fait le plein d’informations utiles lors d

Ibrahima Ndiaye, vendeur d’aliments du bétail à Dakar

Jeune Sénégalais, Ibrahima Ndiaye commercialise toutes sortes d’aliments du bétail dans le quartier Yoff, au nord de Dakar.

Publicité