Aller au contenu principal

Auparavant collègues salariées, dorénavant amies associées

Après s’être rencontrées au travail, Sophie Caro et Mélanie Tranchant ont franchi le cap en s’associant au sein d’une exploitation agricole. Passionnées de chèvres, elles ont créé « l’Instant caprin. »

Chaque jour, Sophie Caro et Mélanie Tranchant transforment la totalité du lait produit par leur soixantaine de chèvres.

A tout juste trente ans, les deux amies ont fait le pari de s’installer ensemble. Auparavant salariées chez un artisan fromager du sud Touraine, Mélanie Tranchant et Sophie Caro reprennent début 2022 une ferme à Bournan, près de Ligueil. Passionnées par la production caprine et après plusieurs années de salariat au sein de la filière, elles investissent 430 000 euros. « J’ai toujours voulu m’installer, explique Sophie. C’est pour cette raison que j’ai suivi le parcours à l’installation en 2018. Seulement à l’issue de cette formation, je n’ai pas trouvé de ferme à reprendre qui me correspondait. » C’est ainsi qu’elle enchaine les missions agricoles, principalement en élevage porcin. « Quand j’ai vu que cette ferme était à vendre, je l’ai visitée avec mon conjoint, se remémore Sophie. Elle correspondait plutôt bien à mes attentes avec cette notion d’élevage peu important et la présence d’un atelier de transformation. » Rapidement, elle motive Mélanie, sa collègue de l’époque, à franchir le pas. Après plusieurs échanges entre les deux couples et les indispensables démarches auprès des organismes bancaires, les deux jeunes femmes s’installent en février.

100 % PRAIRIE

« Nous avons donc racheté la totalité de l’exploitation, détaille Mélanie. Le cheptel, les bâtiments et les 18 hectares qui leur sont accolés. » Les cédantes travaillaient exclusivement en Cuma, le matériel étant presqu’inexistant sur l’exploitation. Les deux amies ont fait le choix d’une stratégie diff érente. « Nous faisons exclusivement du foin sur nos terres, explique Sophie. Nous avons donc décidé d’investir dans le matériel de fenaison. Ainsi, nous sommes autonomes et pouvons réaliser nos chantiers quand bon nous semble. » Les semis de luzerne sont quant à eux confiés à un voisin. « Tout comme les céréales nécessaires à la ration de nos animaux, nous les achetons à un confrère proche. » Pour cette année, les deux associées vivent sur les stocks de paille des cédantes. « Mais nous souhaitons par la suite acheter de la paille en andain. » 

DES POINTS DE VENTE DIVERSIFIÉS

Les 68 chèvres à la traite produisent une gamme de fromages variée : « Nous produisons des bûches, des yaourts, des tomes, du camembert et des faisselles », expliquent les deux jeunes femmes. Chaque jour, elles transforment la totalité du lait produit. « Puis, nous commercialisons notre production au sein du marché de St-Avertin le vendredi après-midi et Monts le samedi matin », poursuit Sophie, en charge de la vente. « Nous livrons également cinq restaurateurs, un magasin de producteurs et nous avons un point de vente à la ferme. » Le week-end, les deux gérantes ne transforment pas leur lait. « Ainsi, nous pouvons nous dégager un week-end sur deux et profi ter d’une vie de famille », explique Mélanie. Seule la traite est réalisée par l’une des deux associées, le lait étant livré à la Cloche d’Or. Côté organisation du travail, elles réalisent beaucoup de tâches quotidiennes ensemble, même si la vente à l’extérieur et la partie administrative sont plutôt la charge de Sophie. Mélanie s’occupe, quant à elle, davantage du magasin de vente à la ferme et du soin aux animaux. Sur les conseils de leur centre de gestion, Sophie et Mélanie ont fait le choix du statut de SAS. Ainsi, elles sont salariées de leur propre entreprise. « De ce fait, nous payons certes un peu plus de cotisations auprès de la MSA, mais nous cotisons davantage pour la protection sociale et la retraite que les formes juridiques agricoles classiques. »

ET LES PROJETS DANS TOUT ÇA ?

« Nous souhaitons changer notre salle de traite pour une installation plus ergonomique, expliquent les gérantes. Ainsi nous gagnerons en temps et en confort de travail. » Les maris de chacune d’entre elles, qui travaillent à l’extérieur, participent volontiers aux améliorations de l’exploitation. « Ce sont nos maris respectifs qui vont nous aider pour réaliser les travaux », se félicitent-elles. Elles aspirent également à investir dans deux silos de stockage verticaux. « Nous souhaitons faciliter notre travail au quotidien et stocker les céréales dans les conditions optimales », détaillent-elles. Une belle aventure pour ces deux jeunes femmes qui, selon leur prévisionnel, devaient perdre de l’argent cette première année. « La comptabilité n’est pas encore bouclée, mais nous partons plutôt sur un bénéfi ce », glissent les deux amies, sourire aux lèvres. 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Hier, « la chasse » aux engrais

Jusqu’il y a peu, le fumier était perdu pour les terres agricoles.

Des aménagements agricoles positifs pour la qualité de l’eau

 Pour préserver la qualité de l’eau, certains agriculteurs vont au-delà des obligations légales.

L’occasion de s’engager pour bénéficier de crédits carbone

 Les agriculteurs en grandes cultures intéressés pour réduire leurs émissions de CO2 et bénéficier de crédits carbone sont invités à se manife

Une plantation expérimentale de douze cultivars en Loir-et-Cher

Une plantation multiclonale de peupliers a été mise en place voilà deux ans à Noyers-sur-Cher (41).

Une journée départementale caprine riche en informations pour les éleveurs

Mycoplasmes, déclarations de mouvements, point sur la filière AOP, subventions… Les éleveurs caprins ont fait le plein d’informations utiles lors d

Ibrahima Ndiaye, vendeur d’aliments du bétail à Dakar

Jeune Sénégalais, Ibrahima Ndiaye commercialise toutes sortes d’aliments du bétail dans le quartier Yoff, au nord de Dakar.

Publicité