Aller au contenu principal

Catastrophes naturelles : des maux pour soigner la planète

   Après une année particulièrement orageuse et grêligène, les propos de Raymond Piccoli, un astrophysicien, apporte  son éclairage sur les causes des catastrophes naturelles. Elles réparent selon lui la planète de nos excès. 

Raymond Piccoli, astrophysicien et directeur du laboratoire de recherche sur la foudre est intervenu lors des Rencontres mutualistes de Groupama. C’est sur un ton plein d’humour et de piquant qu’il a expliqué les causes des orages grêligènes de 2022 et surtout leurs bénéfices… car oui il y en a.  « Il faut imaginer que nous vivons sur un vaisseau spatial naturel qui a des boucliers autoréparants », illustre Raymond Piccoli. L’orage et la foudre créent des faisceaux lumineux que l’on appelle farfadets. Ces derniers sont créés afin de reconstituer l’atmosphère. « Donc mécaniquement, plus on endommage l’atmosphère, plus elle va vouloir se réparer et donc plus il va y avoir d’orage », décrit l’astrophysicien. Cet exemple illustre les liens entre les actions néfastes de l’activité humaine sur la planète et les catastrophes naturelles que nous subissons mais qui lui permet de se réparer, de se rééquilibrer.  Le climat est l’expression d’une action. Il est la réaction, la conséquence d’une action. Les orages, tempêtes, ouragans sont des systèmes de sécurité. « Au regard de tout ce qu’elle a vécu cette planète, c’est prétentieux de dire qu’il faut la sauver. C’est notre espèce qu’il faut sauver », préconise-t-il.

Va-t-on manquer d’eau ?

Raymond Piccoli distingue sur Terre 2,8 % d’eau douce, dont 1,9 % de glace et 0,9 % disponible. « C’est une situation peu réjouissante… Oui, actuellement on manque d’eau. Si on voulait reconstituer l’eau souterraine des nappes, il faudrait qu’il pleuve en continu pendant un an et demi. Mais il ne faut pas oublier que l’eau est un cycle. L’eau tombe du ciel et y retourne avant de tomber une nouvelle fois. Ce qui importe, c’est la manière dont on la consomme quand elle est là », tient-il à préciser.  En France, 58 milliards de m3 ont été consommés en 2022. L’astrophysicien précise : « Si on ramène à 100 litres, 14,55 sont utilisés pour l’eau potable dont 6 dans les fuites ». 14 litres sont dans les canaux fluviaux, 0,4 litre de tout venant, 7,9 l pour les industries et 7,4 l pour l’agriculture. « On voit partout que l’agriculture est le premier consommateur d’eau, mais cet argument se base sur des statistiques et des moyennes. On ne sait même pas de quelle eau ils parlent. Celle du ciel, celle des nappes ? Il y a plein d’inconnues. Ce ne sont que des indicateurs et non des vérités. On peut leur faire dire n’importe quoi. Si 30 % des accidents de voiture sont causés par des gens alcoolisés, 70 % le sont par des buveurs d’eau ? Non, moi je prône pour les analyses de terrain ! » . Si on se fie aux mesures de terrain, c’est le refroidissement nucléaire qui demande le plus d’eau avec 55,3 l sur les 100 l pris en exemple ci-dessus. A noter qu’un réacteur a besoin de 10 000 t d’eau par jour.  

Et si on achetait l’alimentation française ?

« En ce moment, on enlève l’équivalent de la surface d’un terrain de football de forêt dans le monde pour faire des cultures. Alors que nous jetons un tiers de la nourriture », s’insurge-t-il.  En 2022, presque 40 % de la nourriture est jetée. L’astrophysicien soulève que « Si nous achetions français, et de saison, on enlèverait 7 camions sur 10 des routes. Cela permettrait de retrouver un niveau de pollution semblable aux années 30 et donc un climat des années 30 également ».  Autre exemple, une tonne de tomates produites hors France achetée en décembre consomme 1 630 l de pétrole et 21 000 l d’eau. En comparaison, une tonne de tomates produites en France et achetée au mois de juin demande 17 l de pétrole et 950 l d’eau. « C’est humain de se faire plaisir, mais celui qui mange trois ananas du Costa Rica par semaine, ne doit pas se plaindre que la grêle endommage sa voiture, parce que c’est normal ! » ironise-t-il, avant d’ajouter : « La clé c’est de réfléchir à ce que l’on fait car oui c’est plus cher de quelques centimes, mais si tout le monde achète français, mécaniquement les prix vont baisser et les producteurs gagneront leur vie ».  « Plus on détériore la Terre et le climat, plus ils se répareront et plus il y aura de catastrophes naturelles. Mais nous, les humains, en subirons les conséquences et non la planète en elle-même », finit Raymond Piccoli, avant de conclure par sa devise : « Les catastrophes climatiques ne sont pas des punitions mais les conséquences réparant la planète de nos excès ».

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Comment prévenir et guérir les diarrhées du veau ?

Les diarrhées sont courantes chez les veaux et ont des origines diverses. Quelques conseils pour les prévenir et les guérir.

Lancement d’un groupe d’évaluation pour la loi Egalim en restauration collective

Un groupe de travail a été lancé pour évaluer l’application de la loi Egalim en restauration collective dans

Soigner la phase lactée, déterminante pour la carrière laitière des animaux

 Le plan lacté ne doit pas être piloté au hasard pour assurer une bonne productivité des animaux plus tard.

Gérer l’immunité des veaux pour une bonne productivité

 Les deux premiers mois de vie du veau sont déterminants pour sa future carrière laitière.

Chenonceaux aspire à voler de ses propres ailes

En assemblée générale le 21 mars, les adhérents de l’ODG touraine-chenonceaux ont acté le fait de travailler cette année pour évoluer d’un statut d

Alice Courçon : un esprit sain dans un corps sain !

Avant de reprendre une exploitation caprine, Alice Courçon a choisi de travailler dans différentes fermes, puis de réaliser un stage de parrainage

Publicité