Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Cave des producteurs de Montlouis : un bon bilan et des projets

Commercialisant la moitié de la production labellisée AOP montlouis-sur- Loire, la coopérative de la rive gauche a présenté ses comptes lors de son assemblée générale annuelle le 29 janvier.

L’exercice 2018/19, clos le 31 août, de la cave des producteurs montlouisiens fait apparaître une entreprise collective en bonne santé, qui diffuse le nom de l’appellation dans toute l’Europe auprès d’une clientèle particulière nombreuse venant directement au caveau. La cave des producteurs idéalement située en bord de Loire a judicieusement investi dans l’oenotourisme. L’espace dégustation animé également par les coopérateurs, les dimanches et jours fériés, reçoit 30 000 visiteurs par an. Un investissement rentable, qui se traduit dans les comptes par l’apport de la valeur ajoutée propre à la vente directe. « La marge dégagée par la coopérative vient du caveau », a rappelé à ses pairs le président Hervé Denis.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Cultures intermédiaires : un « outil » précieux pour le sol
Sur son exploitation de 272 ha, Emilien Proust a adopté les pratiques de l’agriculture de conservation des sols.
La synergie fertile entre la vigne et ses couverts
Plantes couvre sol comme contribution au contrôle des adventices et à la promotion de la biodiversité.
Un maraîcher en quête de goût
Cette semaine, Terre de Touraine est allé à la rencontre de Yohann Blanchard, jeune maraîcher de 35 ans installé à Larçay avec son épouse Mari
Un éleveur conquis par l’agroforesterie
En clôturant sa carrière d’éleveur laitier l’an dernier, Philippe Cado a ouvert une nouvelle page de l’histoire de la ferme des Plaises à St E
Agroforesterie et drainage : amis ou ennemis ?
Depuis six ans, l’Inrae de Nouzilly suit la croissance d’une parcelle de 14 ha plantés sur limons argileux pour observer à terme le comporteme
Asperges - fraises : plus de peur que de mal !
Les craintes d’un début de saison en plein confinement se sont effacées face à la hausse de la demande, suite à la communication autour des di
Publicité