Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Démarche de filière
C’est qui le Patron ?! : un engagement collectif

Tous les acteurs de filière lait engagés dans C’est qui le patron ?! se mobilisent pour faire valoir les atouts de la démarche auprès des consommateurs et de la grande distribution. Une initiative gratifiante à plus d’un titre.

240 producteurs de lait de l’APLBC, dont 24 d’Indre-et- Loire, commercialisent leur lait sous la marque « C’est qui le Patron ?! » via la laiterie Saint Denis de l’Hôtel (LSDH) basée dans le Loiret et l’Indre. Cette marque a été créée par les consommateurs, qui ont fixé le cahier des charges et son prix. Ainsi, la brique de lait d’un litre est vendue à prix conseillé, voté par les consommateurs, de 0,99 € dans tous les magasins.

Pour rentrer dans la démarche, ouverte à tous les éleveurs de l’Association des Producteurs du Bassin Centre (APLBC), les vaches doivent pâturer au moins 3 mois de l’année et être nourries avec des fourrages locaux (à moins de 100 km de l’élevage), riches en oméga 3 et sans OGM ni huile de palme.

C’est la laiterie de Saint-Denis de l’Hôtel (45) qui collecte et transforme ce lait équitable. Elle est active dans la démarche et même moteur, puisque c’est elle qui a construit cette démarche avec C’est Qui le Patron ?! sur la partie lait de consommation. L’APLBC et LSDH travaillent depuis plusieurs années sur des laits filière et des démarches tri-partites qui sont reconnues aujourd’hui comme « équitables ».

Des éleveurs impliqués

Les éleveurs sont rémunérés à 390 €/1 000 litres (prix de base) sur le pourcentage de lait vendu sous la marque C’est Qui le Patron ?!. « Chaque éleveur est donc directement impliqué et acteur de la démarche, explique Astrid Nuytten, agricultrice à Ste-Maure (37). Il n’y a pas de commerciaux dans les magasins, c’est directement les producteurs qui s’assurent du référencement des produits dans les magasins (grandes et moyennes surfaces essentiellement) ».

« Ce n’est pas notre métier et c’est loin d’être une démarche évidente, ça s’apprend, c’est pour cela qu’on est là », commente Vincent Ménard, éleveur à St-Christophe-sur-le-Nais (37). En effet, l’APLBC a organisé fin janvier une réunion d’information à la Maison des Agriculteurs de Chambray-lès-Tours, qui a fait salle comble. « C’est indispensable de prendre le temps de réunir les éleveurs et de leur donner un maximum d’information sur le développement de la démarche avant d’aller rencontrer les responsables de magasins », détaille Céline Crochot, animatrice de l’APLBC.

Pour cela, tout le monde est là : l’organisation de producteurs, C’est Qui le Patron ?! et la laiterie. Il y a une vraie démarche collective, portée par tous les maillons de la chaîne. Au programme de cette journée, une matinée d’échanges en salle sur l’initiative des consommateurs qui tend à recréer les liens entre producteurs-industriels-distributeurs et consommateurs, suivie pour certains d’une rencontre directe avec des chefs de rayons dans les magasins.

Une nouvelle compétence

Pour l’instant, la laiterie commercialise 40 % des volumes de l’APLBC en lait équitable à 390 €/1000 litres, ce qui a conduit à un prix moyen toutes qualités confondues en 2018 de 370 €. Tous les éleveurs de la démarche sont donc acteurs pour augmenter la plus-value sur leur paye de lait. C’est à chacun d’aller vérifier le référencement du lait C’est Qui le Patron ?!, dans le magasin le plus proche, cette démarche doit rester avant tout locale. « La marque a été créée par les consommateurs, via la plateforme participative lamarqueduconsommateur. com, explique Vincent Ménard, ils doivent donc trouver le lait dans un maximum de magasins, nous avons donc le devoir de l’aider ! »

Une démarche collective et de long terme, un nouveau métier aussi pour les éleveurs laitiers. Ceux qui sont déjà allés en magasins ont pu constater que le contact avec le consommateur était facile. « Nous avons une bonne image auprès des clients et c’est génial d’être en contact direct avec les consommateurs pour faire connaître ce lait », indique Astrid Nuytten. A l’heure où l’on parle de plus en plus de prix de revient et de juste rémunération des producteurs, la démarche est sans doute à développer pour d’autres produits et filières. D’ailleurs, le cahier des charges pour les saucisses de porc équitable C’est Qui le Patron ?! est en cours d’élaboration. Affaire à suivre.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Vignette
Une production de 13 tonnes de MS/ha avec une prairie sous couvert de méteil
La prairie sous couvert de méteil a tenu ses promesses chez Bruno et Benoit Rochereau.
Vignette
Le Tchad, pays d'élevage et d'agriculture familiale
Ancienne colonie française, le Tchad est classé parmi les pays les plus pauvres du monde.
Vignette
Les bovins ont aussi leur ostéopathe
Encore méconnue, l'ostéopathie animalière, et notamment pour les bovins, fait pourtant ses preuves.
Vignette
Méteils et pâturage tournant, deux leviers pour sécuriser ses stocks
Comment minimiser les impacts des risques climatiques, sanitaires et environnementaux sur ses exploitations ?
Vignette
L'ABATTOIR DE SAINT-FLOVIER EN QUÊTE D'ÉQUILIBRE
L'abattoir de Saint-Flovier se restructure depuis un an, avec l'arrivée de nouveaux producteurs à sa tête. Un seul but : pérenniser l'outil.
Vignette
L'abattoir de Saint-Flover en quête d'équilibre
L'abattoir de Saint-Flovier se restructure depuis un an, avec l'arrivée de nouveaux producteurs à sa tête. Un seul but : pérenniser l'outil.
Publicité