Aller au contenu principal

Des blés au rendement correct, des colzas un peu plus décevants

 La récolte de blé et de colza est en cours. Les rendements en blé semblent corrects, avec une bonne qualité. Les colzas, en revanche, déçoivent un peu par endroits.

Après les orges, les moissonneuses sont en action dans les champs de blé et de colza… entre les averses. Après de bons voire très bons rendements en orge, blés et colzas vont-ils suivre le même chemin ? En Champeigne, du côté de Civray-de-Touraine, certains blés affichent un rendement de 60 q/ ha en terres séchantes, un peu décevants, mais avec un très bon PS de 75 à 80 kg/hl. Du côté des colzas, les 25 q/ha de cette année s’inscrivent dans la moyenne du potentiel habituel du secteur. Dans le Lochois, le blé tourne autour de 65 q/ha de rendement, avec un PS de 80 kg/hl. « Les protéines ne sont pas toujours au rendez-vous car certaines cultures mériteraient peut-être de rester encore un peu sur pied », pointe un agriculteur de Betz-le-Château. L’engrais organique semble en tout cas avoir été très bien valorisé, ce qui a avantagé les éleveurs. La récolte de colza tourne là aussi autour de 20 à 25 q/ha dans le secteur. Au Gaec des Deux Vals, sur le plateau de Sainte-Maure-de-Touraine, la meilleure parcelle (en argilo-calcaire) a donné environ 100 q/ha, avec une bonne qualité et des protéines au-dessus de 13. « C’était un blé sur blé. C’est un rendement habituel sur cette parcelle à potentiel, indique Dominique Raguin. Les autres parcelles, dans les bournais par exemple, ne seront pas aussi généreuses. On sera autour de 70 q je pense pour celles-ci. » Le secteur avait reçu très peu d’eau au printemps.

LA SITUATION SANITAIRE FAIT PARFOIS LA DIFFÉRENCE

En nord Touraine, en blé les résultats vont de 60-65 q/ha dans les sables à Montreuil-en-Touraine, à 95 q/ha à Monthodon notamment. Le décrochage des PS est parfois constaté, qui peut être lié à l’impasse éventuellement faite sur le troisième traitement contre la fusariose. Des échos du sud de Tours (Artannes, Joué-lès-Tours) rapportent un rendement de 34-35 q/ ha en colza avec de bons résultats dans les bournais, moindres en argilo-calcaire. Dans les bonnes terres du Chinonais, certaines parcelles de Xavier Maupoint, à La RocheClermault, atteignent 96 q/ha. « On a un PS de 80 à 83 kg/ha et des protéines entre 11,5 et 13,2, détaille le jeune agriculteur. Avec les pluies, on espère que les blés ne perdront pas trop en protéines. » Dans cette zone, les échos sont globalement positifs pour les blés. Les récoltes de colza semblent en revanche moyennes. « On a été embêtés par les larves d’altises, et on a perdu des pieds cet hiver », explique Xavier Maupoint. La récolte de blé commence donc plutôt bien, les tendances restent à affiner. Une fois encore, on ne peut évoquer ces résultats sans rappeler le prix auquel ont été achetés les intrants, en parallèle de cours des céréales à la baisse depuis plusieurs mois. Les choix de gestion prennent, dans un tel contexte, toute leur importance.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Des aménagements agricoles positifs pour la qualité de l’eau

 Pour préserver la qualité de l’eau, certains agriculteurs vont au-delà des obligations légales.

L’occasion de s’engager pour bénéficier de crédits carbone

 Les agriculteurs en grandes cultures intéressés pour réduire leurs émissions de CO2 et bénéficier de crédits carbone sont invités à se manife

Une plantation expérimentale de douze cultivars en Loir-et-Cher

Une plantation multiclonale de peupliers a été mise en place voilà deux ans à Noyers-sur-Cher (41).

Une journée départementale caprine riche en informations pour les éleveurs

Mycoplasmes, déclarations de mouvements, point sur la filière AOP, subventions… Les éleveurs caprins ont fait le plein d’informations utiles lors d

Ibrahima Ndiaye, vendeur d’aliments du bétail à Dakar

Jeune Sénégalais, Ibrahima Ndiaye commercialise toutes sortes d’aliments du bétail dans le quartier Yoff, au nord de Dakar.

« Aller à paris, c’était un objectif »

 Un éleveur du Petit-Pressigny fait le déplacement au Salon de l’agriculture avec une de ses prim’holstein pour participer au concours nationa

Publicité