Aller au contenu principal

DES BLOCS DE BÉTON MODULABLES À L’INFINI

Petits-fi ls d’agriculteur, Jérémie et Willie Mouhsine se sont orientés il y a plusieurs années vers le secteur des travaux publics. Mais en tant que fabricants de blocs en béton, ils côtoient de plus en plus le milieu agricole. Les exploitants sont en effet séduits par la modularité et la rapidité de mise en place de cette invention âgée d’une quinzaine d’années.  

Cela fait treize ans que Jérémie et Willie Mouhsine développent leur activité au lieu-dit La Pilonnière à Villedômer. « Nous avons commencé par le négoce d’agrégats auprès d’acteurs locaux, avant de nous diversifier dans le recyclage de matériaux inertes et la fabrication de blocs de béton empilables », introduit l’entrepreneur. Aujourd’hui, la SARL JMW regroupe l’ensemble de ces activités.  L’idée de construire des blocs de béton émane d’une réfl exion interne à l’entreprise. « Nous cherchions des solutions techniques pour stocker nos agrégats de manière ordonnée. Nous avons découvert sur le web ce savoirfaire conçu par des Hollandais, explique le chef d’entreprise. Nous avons fait le choix d’acheter directement les moules. C’est ainsi qu’a débuté l’activité, dorénavant appelée Stockbloc. » Les premiers blocs de béton, destinés à l’équipement de la SARL, sortent de l’usine en 2013. « Les clients historiques qui nous rendaient visite pour les matériaux les ont vus et ont commencé à s’y intéresser », se souvient Jérémie Mouhsine. La commercialisation des blocs est lancée.  Pour les réaliser de manière continue, ils dédient une équipe de trois personnes à cette activité (sur les 11 qui travaillent au sein de l’entreprise). Une centrale à béton se consacre à 100 % au remplissage des moules. Pour la pose, une pelle à pneu ne traite que du bloc béton « dans un rayon de 200 à 300 km autour du site de Villedômer », précise le chef d’entreprise.  

DES BLOCS MULTIFONCTION

Ces blocs peuvent prendre place dans un nombre important de situations. « Ils sont utilisés chez les particuliers, pour des descentes de garage ou des murs de soutènement par exemple », détaille Jérémie Mouhsine. Certaines collectivités en font également usage pour barrer l’accès à des terrains communaux ou pour la mise en place de drapeaux éphémères. Le secteur industriel est également de plus en plus demandeur, pour réaliser des casiers de stockage ou bien des murs coupe-feu. Enfi n, la profession agricole est elle aussi intéressée par le procédé, pour le stockage de récoltes céréalières à plat ou pour border un tas d’ensilage. Trois catégories de blocs sont fabriquées puis commercialisées par Jérémie et Willie Mouhsine. Chaque bloc pèse entre 540 kg et 2,3 tonnes. « C’est avant tout sa destination et sa résistance à la pression qui diffèrent. D’où la notion de conseil, indispensable dans notre activité, afin d’adapter au plus juste le modèle de bloc aux besoins de notre clientèle. »  Stockbloc répond aussi aux demandes spécifi ques. « Nous pouvons proposer des blocs qui sortent un peu de l’ordinaire, comme des escaliers (positionnés au bout des tas d’ensilage), des blocs spécifiques aux activités des collectivités, etc. »

UNE RELATION GAGNANT-GAGNANT AVEC LA CLIENTÈLE

Les avantages du procédé sont nombreux. Aucun liant n’est exigé pour assembler les blocs. Seul le montage à sec est utilisé. La rapidité de mise en place est aussi un atout. Enfi n, la modularité infi nie du procédé séduit également la clientèle de Jérémie et Willie Mouhsine. Le processus de commercialisation est simple. « Nous travaillons dans un premier temps avec un croquis que nous fournit le client. Nous réalisons alors en interne un plan en 3D que lui-même valide. Et seulement à cet instant nous sommes capables de proposer un devis », précisent les gérants. Ils sont ainsi certains que la proposition commerciale répondra aux attentes de leur éventuel client.   Aujourd’hui, Stockbloc commercialise quelques milliers de blocs chaque année, toutes tailles confondues. « C’est pour cette raison que nous déménageons cette activité dans de nouveaux locaux à Château-Renault », annonce Jérémie Mouhsine. Les blocs en béton demandent une surface de stockage importante pour pouvoir répondre rapidement à des commandes conséquentes. « Et ce stock engendre de l’argent qui dort, d’où l’importance d’avoir une trésorerie saine », conclut Jérémie Mouhsine.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Des aménagements agricoles positifs pour la qualité de l’eau

 Pour préserver la qualité de l’eau, certains agriculteurs vont au-delà des obligations légales.

L’occasion de s’engager pour bénéficier de crédits carbone

 Les agriculteurs en grandes cultures intéressés pour réduire leurs émissions de CO2 et bénéficier de crédits carbone sont invités à se manife

Une plantation expérimentale de douze cultivars en Loir-et-Cher

Une plantation multiclonale de peupliers a été mise en place voilà deux ans à Noyers-sur-Cher (41).

Une journée départementale caprine riche en informations pour les éleveurs

Mycoplasmes, déclarations de mouvements, point sur la filière AOP, subventions… Les éleveurs caprins ont fait le plein d’informations utiles lors d

Ibrahima Ndiaye, vendeur d’aliments du bétail à Dakar

Jeune Sénégalais, Ibrahima Ndiaye commercialise toutes sortes d’aliments du bétail dans le quartier Yoff, au nord de Dakar.

« Aller à paris, c’était un objectif »

 Un éleveur du Petit-Pressigny fait le déplacement au Salon de l’agriculture avec une de ses prim’holstein pour participer au concours nationa

Publicité