Aller au contenu principal

Des élèves bien préparés pour la foire aux vins

La foire aux vins des lycées, organisée à Fondettes ce week-end, est un véritable support pédagogique pour les élèves de BTS viticulture-œnologie. 

Serge (à droite), en première année de BTS viticulture-œnologie à Fondettes, et son professeur d’œnologie, Sébastien Martineau, sont dans les derniers préparatifs de la foire

Samedi 26 novembre, le lycée de Tours-Fondettes agrocampus organise sa traditionnelle foire aux vins des lycées agricoles. Mais surtout, il l’organise avec en collaboration étroite avec ses élèves de BTSA viticulture-œnologie. La préparation puis la tenue de la foire font partie intégrante du programme des élèves de première année du BTS. Ceux de deuxième année et certains du bac STAV participent également. « En fait, les différents lycées agricoles proposant le BTS viticulture-œnologie se sont regroupés pour organiser ces foires aux vins dans les différents établissements, explique Sébastien Martineau, professeur d’œnologie et responsable de la foire. Les élèves doivent donc apprendre à connaître ces vins d’horizons différents, les cépages… » Chaque lycée envoie une sélection des vins de son exploitation dans laquelle l’organisateur choisit, puis les élèves les vendent durant leur foire. La plupart du temps, l’évènement représente la première expérience de vente des élèves. Après un bac STAV, Serge est actuellement en première année de BTS viticulture-œnologie à Fondettes. Dès la rentrée de septembre, les professeurs ont informé sa classe du projet. « On s’est dit qu’on n’aurait jamais le temps de tout faire, parce qu’il y a beaucoup de choses à préparer ! », sourit-il.

Du financement  à la communication

Cette année, les élèves ont par exemple refondu le flyer de l’évènement, qu’ils ont récemment distribué dans les boîtes aux lettres et les commerces des communes alentour. Mais avant cela, ils ont été chargés de trouver les thèmes et le matériel pour décorer leurs stands, de répertorier le matériel disponible, de chercher des sponsors, des financements… « C’est vraiment un travail de gestion de projet », résume le professeur d’œnologie. « C’est une belle découverte cette expérience de préparation. Je ne pensais pas qu’il y avait autant de choses à faire, confie Serge. Pour la recherche de sponsors, ça n’a pas été facile d’avoir des réponses positives. On a appelé des entreprises autour des métiers du vin, des restaurateurs… La préparation des stands, c’est aussi beaucoup de travail. Il faut se mettre d’accord avec notre binôme. Moi je suis sur le stand Jura-Alsace, on a fait des recherches sur ces zones et choisi de décorer sur le thème de leur terroir. » Pour leur donner les outils pour le jour J, les élèves apprennent à déguster des vins différents. « On travaille l’analyse sensorielle en cours d’œnologie et en travaux pratiques », confirme Sébastien Martineau. « C’est une nouvelle expérience pour moi. Avant la formation, je n’appréciais pas vraiment le vin que je buvais, complète Serge. Là, on apprend à déguster, pour pouvoir ensuite guider un client sur la foire qui cherche par exemple tel type de vin. » Ce qui suppose d’avoir bien étudié les différents terroirs. 

Un support pour apprendre à déguster et vendre

L’ordre de service et les accords mets-vins ont aussi fait partie du programme de préparation. Et un module de cours sur les techniques de vente vient également leur apporter des compétences bien utiles pour la foire. L’agencement des stands, la présentation sont notés le vendredi après-midi. Puis les élèves se soumettent à un oral de retour d’expérience le mardi suivant. « On évalue notamment leur capacité à analyser ce qui a été ou non », précise Sébastien Martineau. « Le but de cette foire aux vins est à la fois pédagogique pour les élèves, et il est aussi de faire connaître aux grand public les produits des lycées agricoles », ajoute-t-il. L’évènement attire en général plus de 1 000 personnes, et génère aux alentours de 100 000 euros de chiffre d’affaires. Le bénéfice financera un voyage d’études en Italie pour les premières et deuxièmes années de BTS. L’édition 2022 devrait une fois encore attirer les clients locaux, qui trouveront en un seul lieu une diversité de terroirs viticoles pour remplir leur cave.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Hier, « la chasse » aux engrais

Jusqu’il y a peu, le fumier était perdu pour les terres agricoles.

Des aménagements agricoles positifs pour la qualité de l’eau

 Pour préserver la qualité de l’eau, certains agriculteurs vont au-delà des obligations légales.

L’occasion de s’engager pour bénéficier de crédits carbone

 Les agriculteurs en grandes cultures intéressés pour réduire leurs émissions de CO2 et bénéficier de crédits carbone sont invités à se manife

Une plantation expérimentale de douze cultivars en Loir-et-Cher

Une plantation multiclonale de peupliers a été mise en place voilà deux ans à Noyers-sur-Cher (41).

Une journée départementale caprine riche en informations pour les éleveurs

Mycoplasmes, déclarations de mouvements, point sur la filière AOP, subventions… Les éleveurs caprins ont fait le plein d’informations utiles lors d

Ibrahima Ndiaye, vendeur d’aliments du bétail à Dakar

Jeune Sénégalais, Ibrahima Ndiaye commercialise toutes sortes d’aliments du bétail dans le quartier Yoff, au nord de Dakar.

Publicité