Aller au contenu principal

Dossier enseignement
« DIFFÉRENTS PROJETS D’ÉTUDES À CINQ ANS SONT POSSIBLES »

 Avec deux BTS proposés à Amboise, l’offre de formation des deux sites de l’établissement Amboise-Chambray donne la possibilité de suivre un parcours sur cinq ans.

Gaëtan Grenouilleau et Antoine Trouillebout,

“Il y a une synergie sur notre établissement. Avec les deux sites, Chambray et Amboise, un jeune peut avoir un projet à 5 ans, dans un métier autour de la vigne et du vin, côté production ou vente », déclare Sébastien Guérineau, le proviseur. En effet, à Amboise, le bac pro CGEVV* peut se poursuivre par le nouveau BTS viticulture œnologie (VO) en apprentissage ou le BTS technico-commercial vins, bières et spiritueux. Le bac pro technicien conseil vente en alimentation (TCVal) de Chambray (parfois précédé d’un Capa Sapver**), lui aussi, peut être complété par un BTS technico-commercial vins, bières et spiritueux. Formatrice et enseignante en viticulture et œnologie, Anne-Cécile Kaspryk intervient en bac pro CGEVV, en BTS VO et BTS TC vins, bières et spiritueux. « Dans le BTS TC vins, bières et spiritueux, j’enseigne l’œnologie, la connaissance et la compréhension du produit. Alors qu’en BTS VO, on se focalise plus sur la vigne, la technique de production du vin et la commercialisation. Ce, toujours dans une approche globale de l’entreprise », détaillet-elle. Les élèves en BTS TC vins, bières et spiritueux se destinent en général à des postes de commerciaux, et ceux en BTS VO à des postes de décideurs. 

BTS PAR VOIE SCOLAIRE OU EN APPRENTISSAGE

Le BTS VO est proposé à Amboise en apprentissage. « Ceux qui arrivent de bac pro CGEVV ont fait plusieurs stages, et/ou ont une expérience viticole familiale, donc c’est motivant pour eux de poursuivre en apprentissage », considère Sébastien Guérineau. Certains élèves venant d’un bac général choisissent aussi ces formations post bac. En BTS TC, ils sont un tiers, un autre tiers venant de bac pro STMG (sciences et technologies du management et de la gestion) et un tiers en reconversion professionnelle. En BTS VO, la moitié est issue du bac pro CGEVV, l’autre moitié est en reconversion. « Des élèves issus de bac pro hôtellerie restauration optent aussi pour le BTS TC, ajoute Stéphanie Cartigny, enseignante en commerce, négociation, marketing. Ils ont une sensibilité par rapport à l’accord mets-vins. Ils savent mettre en avant le vin et connaissent bien le produit. » La vague des reconversions confi rme que ces métiers ont le vent en poupe. « Ces formations s’inscrivent dans la tendance du manger sain et local, et sont en adéquation avec les atouts gastronomiques et œnotouristiques du territoire. Ce panel de parcours de formations répond à un besoin local », conclut le proviseur.

* CGEVV : conduite et gestion de l’entreprise vitivinicole.

** Sapver* : services aux personnes et vente en espace rural.


Paroles d’étudiants

Gaëtan Grenouilleau, 1ère année de BTS TC vins, bières et spiritueux à Amboise
 
« J’ai passé un bac STMG et commencé une licence administration économique et sociale, mais ça ne me plaisait pas. Je me suis réorienté dans ce BTS, parce que je m’intéressais aux techniques de vente et au vin. C’est un ami qui m’a parlé de l’agriculture, et de la viticulture en particulier, et l’aspect technique m’a plu. Ce que j’aime le plus dans cette formation, c’est l’œnologie, la technique viticole et le fait qu’on ait une exploitation au lycée. Avec Mme Cartigny, on fait des mises en situation de vente, des jeux de rôle. En plus de la théorie, avec ça on est à l’aise une fois sur le terrain. J’ai fait un stage de deux semaines dans un domaine viticole. En avril, j’en ferai un autre de deux semaines en ecommerce, puis un d’un mois et demi en juin-juillet en commerce. Mon projet ce serait d’être commercial indépendant pour un ou plusieurs domaines. J’aimerais aussi à terme me servir de ces connaissances pour ouvrir un restaurant avec accord mets-vins, qui vendrait aussi du vin. »

 

Antoine Trouillebout, 2e année de BTS TC vins, bières et spiritueux à Amboise
 
« J’ai un CAP service en restauration et un BP art du service et commercialisation en restauration. J’étais donc amené à servir du vin. Avec le Covid, j’ai baissé les bras car il n’y avait plus de travail. J’ai voulu me réorienter dans le commerce, et j’avais toujours été attiré par le vin, donc ce BTS me correspondait. En première année, j’ai fait un stage chez un caviste (Inter Caves à Jouéles-Tours) et cela m’a conforté dans l’idée que ce n’était pas ce que je voulais. Pour mon stage long, j’étais à la cave du Vendômois ;  j’ai notamment prospecté les supérettes. J’ai aimé car je m’occupais du suivi, de la négociation des dégustations… Je voudrais devenir agent commercial dans le vin, pour des domaines, des cafés, hôtels, restaurants, des négoces ou autres. Pour s’engager dans cette voie, il faut aimer le vin, c’est indispensable. Pour bien le vendre, et aussi car on apprend beaucoup d’aspects techniques viticoles. »
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Comment prévenir et guérir les diarrhées du veau ?

Les diarrhées sont courantes chez les veaux et ont des origines diverses. Quelques conseils pour les prévenir et les guérir.

Lancement d’un groupe d’évaluation pour la loi Egalim en restauration collective

Un groupe de travail a été lancé pour évaluer l’application de la loi Egalim en restauration collective dans

Soigner la phase lactée, déterminante pour la carrière laitière des animaux

 Le plan lacté ne doit pas être piloté au hasard pour assurer une bonne productivité des animaux plus tard.

Gérer l’immunité des veaux pour une bonne productivité

 Les deux premiers mois de vie du veau sont déterminants pour sa future carrière laitière.

Chenonceaux aspire à voler de ses propres ailes

En assemblée générale le 21 mars, les adhérents de l’ODG touraine-chenonceaux ont acté le fait de travailler cette année pour évoluer d’un statut d

Alice Courçon : un esprit sain dans un corps sain !

Avant de reprendre une exploitation caprine, Alice Courçon a choisi de travailler dans différentes fermes, puis de réaliser un stage de parrainage

Publicité