Aller au contenu principal

Fin de la castration : « Cela a été orchestré dans la précipitation »

Castrer ou pas les porcelets ? Depuis l’évolution de la réglementation sur le sujet en janvier 2022, les pratiques ont évolué dans les élevages. Certains abattoirs ne l’exigent d’ailleurs plus. Tour d’horizon.

La règlementation dans les élevages porcins français a évolué en janvier 2022, avec l’interdiction de la castration à vif suivie d’un anti-inflammatoire. Depuis cette date, elle doit se faire via l’injection à l’animal d’un anesthésiant local en amont de l’intervention, suivie d’un antiinflammatoire intramusculaire. Issue de débats et d’échanges entre la profession porcine, les vétérinaires et les représentants de la cause animale, elle a pour objectif d’améliorer le bien-être des animaux. Pour Cédric Raguin, éleveur dans le sud de la Touraine, « c’est une décision louable, qui va dans le sens de ce que nous souhaitons mettre en place dans nos élevages. Seulement cela a été orchestré dans la précipitation. La recherche scientifique n’était pas encore prête. D’ailleurs, elle ne l’est toujours pas ! ».

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Hier, « la chasse » aux engrais

Jusqu’il y a peu, le fumier était perdu pour les terres agricoles.

Des aménagements agricoles positifs pour la qualité de l’eau

 Pour préserver la qualité de l’eau, certains agriculteurs vont au-delà des obligations légales.

L’occasion de s’engager pour bénéficier de crédits carbone

 Les agriculteurs en grandes cultures intéressés pour réduire leurs émissions de CO2 et bénéficier de crédits carbone sont invités à se manife

Une plantation expérimentale de douze cultivars en Loir-et-Cher

Une plantation multiclonale de peupliers a été mise en place voilà deux ans à Noyers-sur-Cher (41).

Une journée départementale caprine riche en informations pour les éleveurs

Mycoplasmes, déclarations de mouvements, point sur la filière AOP, subventions… Les éleveurs caprins ont fait le plein d’informations utiles lors d

Ibrahima Ndiaye, vendeur d’aliments du bétail à Dakar

Jeune Sénégalais, Ibrahima Ndiaye commercialise toutes sortes d’aliments du bétail dans le quartier Yoff, au nord de Dakar.

Publicité