Aller au contenu principal

Filière caprine
Génomie en élevage caprin

Le génotypage du génome caprin est en cours. Le but est de pouvoir connaître la valeur génétique d'un individu avec précision uniquement par analyse de son ADN.

La génomie permet de gagner du temps dans la sélection des reproducteurs, par comparaison avec le lestage réalisé sur la descendance des chèvres et des boucs. À terme, un simple échantillon de sang et environ 70 € suffiront pour connaître les qualités génétiques (lait, taux, résistance aux maladies...) de l'animal âgé de quelques jours seulement.

La génomie en élevage caprin est un processus construit en deux étapes. Depuis 2010, il existe le séquençage du génome en race alpine, saanen et créole, ainsi que la mise en production de la puce qui permet d'analyser 50 000 caractères. Une hase de référence a été construite par le génotypage de 825 boucs issus d'IA. Tous les boucs d'insémination nés depuis 2010 ont été génotypés pour consolider la base. A partir de 2018-2019, ce sera le début de la sélection génomique pour les races alpines et saanen. Il y aura un génotypage accessible aux éleveurs qui souhaitent connaître la valeur de leurs boucs issus d'IA avant de les utiliser en saillie naturelle.

La génomique entraînera une réorganisation du schéma de sélection avec une utilisation fiable des animaux dès leur plus jeune âge et permettra d'intégrer de nouveaux critères peu héritables et donc difficiles à améliorer en schéma classique.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Le Veau bio de Touraine arrive dans les cantines
Après le Grand bœuf en septembre 2021, la filière Veau bio de Touraine vient d’être lancée.
2022 : « une année de transition »
 L’abattoir de volailles et lapins du Sud Touraine est revenu sur une année riche en adaptations, lors de son assemblée générale.
Une dynamique très positive
 L’abattoir de Saint-Flovier, principalement consacré aux volailles, affiche un bilan très positif et une belle dynamique ces dernières années.
Lucie Oger : le savoir-faire alpin importé en Touraine
Avant de revenir à la ferme familiale, Lucie Oger, 28 ans, a fait des détours.
« Les dégâts auraient pu être bien pires »
La précocité de la récolte du maïs fourrage résulte d’une conjoncture d’éléments liés au climat pour la plupart, explique Augustin Gravier, conseiller
Justine Chauveau : déjà des projets en perspective
Malgré un parcours à l’installation énergivore, Justine Chauveau conserve un optimisme débordant.
Publicité