Aller au contenu principal

Horticulture-pépinière : un printemps au goût amer

Le coronavirus déstabilise beaucoup de secteurs économiques. Si l’en est un qui est frappé dans sa période annuelle de pleine activité, c’est celui de l’horticulture et des pépinières. Témoignages de professionnels du département.  

Qu’ils vendent des plantes d’ornement, annuelles ou non, des plants potagers, des arbres et arbustes, les horticulteurs et pépiniéristes sont très pénalisés par l’arrêt d’activité entraîné par la crise du Covid-19. En plein pic d’activité, c’est une perte économique énorme et le moral est en berne. Certains agriculteurs d’Indre-et-Loire racontent comment ils gèrent la situation et leurs craintes pour l’avenir.

 

ANTHONY LOZADA, PÉPINIÉRISTE À FONDETTES

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Ferme expo : une édition de retrouvailles
Qui aurait parié sur une fréquentation de 30 000 visiteurs quelques semaines avant la tenue d’un salon qui a trouvé son public ?
Concours prim’holstein : « voir le fruit de notre travail »
Samedi 20 novembre se tiendra le traditionnel concours de vaches prim’holstein.
Bio : un marché pluriel
Les surfaces en production et le marché bio progressent.
Histoire syndicale : il y a 30 ans, des responsables mis en examen
A l’automne 1991, aux prémices de la crise ESB, des militants de l’UDSEA et du CDJA 37 interceptaient un camion de viande d’origine incertaine
Aide au maintien en bio, la fin d’une période
Jusqu’en 2007, il n’y avait pas d’aide au maintien pour les producteurs bio, mais seulement un crédit d’impôt. Avec l’accroi
Contrôle phyto en cours
Attention, la mise en oeuvre des ZNT riverain et points d’eau sera vérifiée pour la première fois cette année.
Publicité