Aller au contenu principal

Insémination animale : « Pouvoir intervenir au bon moment, selon mon jugement »

Encore peu démocratisée, l’insémination par l’éleveur (IPE) apporte une plus-value au travail de l’agriculteur. Une formation et beaucoup de pratique sont indispensables à sa réussite.

Réaliser une insémination animale soi-même est une intervention que peu d’éleveurs pratiquent. L’acte en lui-même peut en effet rebuter et requiert certaines connaissances anatomiques de l’animal.

 

François Dumont, éleveur à Saint Christophe-en-Boucherie (36), insémine ses vaches depuis 2013 ; une orientation choisie avant tout pour optimiser son système d’élevage. « Dans un premier temps, j’avais la volonté d’apprendre à fouiller pour pouvoir détecter les anomalies. Mais je souhaitais aussi avoir une meilleure maîtrise de la reproduction de mes animaux pour avoir une liberté d’action et pouvoir intervenir au bon moment, selon mon jugement. Autre élément important, l’IPE permet d’avoir une meilleure maitrise du risque sanitaire, en limitant l’intrusion de personnes sur l’exploitation », indique-t-il. Il a ainsi suivi une formation proposée par la coopérative Evolution.

 

Pratiquer souvent

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Le Veau bio de Touraine arrive dans les cantines
Après le Grand bœuf en septembre 2021, la filière Veau bio de Touraine vient d’être lancée.
2022 : « une année de transition »
 L’abattoir de volailles et lapins du Sud Touraine est revenu sur une année riche en adaptations, lors de son assemblée générale.
Une dynamique très positive
 L’abattoir de Saint-Flovier, principalement consacré aux volailles, affiche un bilan très positif et une belle dynamique ces dernières années.
Lucie Oger : le savoir-faire alpin importé en Touraine
Avant de revenir à la ferme familiale, Lucie Oger, 28 ans, a fait des détours.
« Les dégâts auraient pu être bien pires »
La précocité de la récolte du maïs fourrage résulte d’une conjoncture d’éléments liés au climat pour la plupart, explique Augustin Gravier, conseiller
Justine Chauveau : déjà des projets en perspective
Malgré un parcours à l’installation énergivore, Justine Chauveau conserve un optimisme débordant.
Publicité