Aller au contenu principal

« JE TROUVE QU’ON APPREND PLUS VITE ET PLUS FACILEMENT SUR LE TERRAIN »

Apprenti en bac pro agroéquipement à la MFR du Val de Manse, Tom Rousselot n’envisageait pas d’étudier autrement qu’en alternance, avec une partie sur le terrain.

Tom Rousselot a choisi la formule de l’apprentissage pour suivre son bac pro agroéquipement à la MFR du Val de Manse à Noyant-de-Touraine. L’établissement prévoit la possibilité de suivre ce cursus soit sous statut scolaire avec des stages, soit sous statut apprenti. Le jeune homme a commencé par suivre sa seconde sous statut scolaire. « J’avais déjà trouvé mon patron pour faire mon apprentissage, par connaissance, mais il avait déjà un apprenti pour un an. Et puis, ça m’a permis de découvrir plusieurs secteurs : j’ai fait des stages en grandes cultures, chez un concessionnaire et dans un verger. Ça m’a conforté dans mon choix des grandes cultures  », raconte Tom Rousselot.

 Ce dernier avait attrapé le virus très tôt, en montant sur le tracteur pour aider son grand-père, agriculteur  : « je savais que c’était le métier que je voulais faire. » « On conseille souvent aux élèves de suivre leur seconde sous statut scolaire, pour leur donner l’opportunité de faire des stages diversifiés, avant de se fixer sur un domaine, complète Florian Gillet, son formateur. Par la voie scolaire, Ici avec son formateur Florian Gillet, Tom Rousselot (à droite) se sent comme un poisson dans l’eau dans un cursus où la formation en exploitation est omniprésente. les élèves sont en effet en stage les deux tiers de l’année. « Un stage peut aussi être l’occasion de faire mieux connaissance avec un éventuel futur maître d’apprentissage », ajoute le formateur. Actuellement en terminale, le jeune homme est en apprentissage chez Benoît Baron à Nouans-les-Fontaines, alternant deux semaines à la MFR et deux semaines sur l’exploitation. « Il m’a formé, il m’a tout appris. Au début j’avais seulement des notions en cultures, maintenant je suis autonome dans certaines missions, reconnaît l’apprenti. On discute aussi beaucoup, notamment sur les sujets agronomiques. » « Tom a la chance d’avoir un patron ouvert sur les pratiques et pointu techniquement. Il voit donc plein de choses, avec une partie de l’exploitation en conventionnel et une partie en bio », complète Florian Gillet. 

COURS, ATELIERS PRATIQUES ET VISITES

La formule de l’apprentissage correspond très bien au jeune homme. « Je voulais absolument pouvoir être sur le terrain pendant mes études parce que je trouve qu’on apprend plus vite et plus facilement. Et on est payé, c’est un avantage aussi », concède-t-il. Les cours abordent deux domaines principaux : la conduite des cultures et la maintenance des matériels. La MFR dispose d’ailleurs d’ateliers, permettant aux élèves de travailler directement sur des matériels prêtés à l’établissement. Du côté des cultures, le programme aborde l’agronomie, l’agriculture de conservation, les outils de pilotage… L’établissement organise régulièrement des sorties sur le terrain  : visites d’exploitations, d’une usine d’assemblage de matériel agricole, d’un système agroforestier, démonstration de matériel de semis… « Le but est que les jeunes voient tout type de systèmes, pour leur ouvrir l’esprit sur les différentes pratiques existantes  », souligne Florian Gillet. Pour la suite, Tom Rousselot envisage un BTS Acse en apprentissage à Noyant-de-Touraine, toujours chez son patron actuel, puis peut-être une licence. « Mon objectif est de me spécialiser comme chef de culture. Je n’ai pas envie de m’installer pour l’instant, parce que c’est beaucoup de pression », avance-t-il. Le jeune homme a le projet d’aller travailler au Canada à l’issue de sa scolarité. « J’ai entendu d’autres agriculteurs parler de leurs expériences à l’étranger, et j’ai envie de vivre ça pour voir autre chose », conclut-il, porté par la passion de la voie qu’il a choisie.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Comment prévenir et guérir les diarrhées du veau ?

Les diarrhées sont courantes chez les veaux et ont des origines diverses. Quelques conseils pour les prévenir et les guérir.

Lancement d’un groupe d’évaluation pour la loi Egalim en restauration collective

Un groupe de travail a été lancé pour évaluer l’application de la loi Egalim en restauration collective dans

Soigner la phase lactée, déterminante pour la carrière laitière des animaux

 Le plan lacté ne doit pas être piloté au hasard pour assurer une bonne productivité des animaux plus tard.

Gérer l’immunité des veaux pour une bonne productivité

 Les deux premiers mois de vie du veau sont déterminants pour sa future carrière laitière.

Chenonceaux aspire à voler de ses propres ailes

En assemblée générale le 21 mars, les adhérents de l’ODG touraine-chenonceaux ont acté le fait de travailler cette année pour évoluer d’un statut d

Alice Courçon : un esprit sain dans un corps sain !

Avant de reprendre une exploitation caprine, Alice Courçon a choisi de travailler dans différentes fermes, puis de réaliser un stage de parrainage

Publicité