Aller au contenu principal

Viticulture
Jean Castex à Cheverny

Pérennité de l'assurance récolte, verdissement de la Pac, règlement du conflit Airbus-Boeing qui a handicapé les exportations de vins, le premier ministre répond partiellement aux questions de Terre de Touraine. Dans ce contexte, la fédération des associations viticoles du Loir & Cher rappelle les priorités de la profession. 

L'analyse de la FAV 41.

En attendant une réforme plus vaste, un aménagement de l’assurance récolte dès 2021 est nécessaire pour de nombreuses exploitations viticoles
Gel en 2019, canicule en 2020 et à nouveau gel d’une ampleur inédite en 2021… C’est désormais devenu une malheureuse habitude : chaque année, le vignoble de Touraine est frappé par des aléas climatiques. Sur les cinq dernières années, de nombreuses exploitations ont connu deux voire trois sinistres climatiques.
Face à l’inexorable détérioration de la moyenne olympique, il est indispensable de réformer en profondeur l’assurance récolte. Le Gouvernement l’a compris en annonçant une réforme d’ampleur dès cet été pour une application en 2023.


Cependant, afin d’éviter un recul massif de l’assurance du fait de la hausse des primes conjuguée à une baisse de la base assurable, en attendant de refondre le système et donc pour la campagne 2022, il est indispensable d’améliorer l’attractivité de l’assurance pour les vignerons.

A l’occasion de la visite de Jean Castex dans le vignoble de Cheverny le 16/06, la Fédération des Associations Viticoles du Loir et Cher (FAV 41), membre de la CNAOC, interpelle le Premier ministre à
ce sujet et lui propose des solutions claires pour améliorer l’assurance récolte tout de suite. Elle propose :
- D’offrir aux vignerons la possibilité de compléter la base assurable (complément de rendement) en le subventionnant à un taux de 45 % ;
- De mettre en oeuvre l’ensemble des possibilités offertes par les textes européens (règlement omnibus) à savoir : abaisser le seuil et le niveau de franchise à 20% tout en augmentant la part subventionnée à 70% afin d’accentuer le recours à l’assurance ;
- D’envisager de conditionner l’accès aux aides régionales, nationales et européennes à la souscription d’un contrat assurantiel pour la durée des aides.
Pour le président de la FAV 41 François Cazin, « ces solutions sont simples et indispensables pour éviter
d’enterrer définitivement l’assurance multirisque climatique. Certes, une réforme en profondeur du
système assurantiel est nécessaire mais nous ne pouvons pas attendre la fin des discussions. Nous
avons besoin que certaines règles changent avant la prochaine récolte pour éviter que les vignerons ne
désertent l’assurance récolte existante. C’est la résilience des entreprises qui ont intégré l’assurance
dans leur gestion qui sera remise en cause
».

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

La démarche de transfert DPB est simplifiée
 Avec la nouvelle Pac, pour valider le transfert des DPB, il n’y a plus besoin de justifier que leur cession se fait en parallèle de transfert de fonc
« Contractualiser est l’occasion de préciser les choses »
La section régionale lait de la FNSEA CVL organise une série de réunions pour parler de la contractualisation de la viande issue du troupeau laitier.
Une table ronde pour comprendre le changement climatique
  Au programme de cette réunion qui se tiendra le 7 février à 14 h : le changement climatique et de ses conséquences, avec des intervenants de haut vo
Un cycle des cultures raccourci dans les prochaines décennies
Quels sont les impacts du changement climatique sur le cycle des cultures céréalières ?
Peser les jeunes animaux pour optimiser l’alimentation
Limiter la consommation de poudre de lait puis d’aliments, tout en augmentant la production laitière du troupeau.
Pâturage de céréales : conjuguer bienfait animal et efficacité économique
Même si l’intérêt pour la culture céréalière est limité, les atouts du pâturage des céréales d’hiver par des ovins sont nombreux pour le troupeau.
Publicité