Aller au contenu principal

Jusqu’ici tout va bien

Passés à travers le gel printanier et avec une gestion maîtrisée des maladies, les vignerons de l’appellation vouvray abordent les vendanges avec sérénité.

Pourvu que ça dure ! », lançait Alain Le Capitaine, président de l’appellation vouvray, à propos de la météo lors de la visite de vignes de l’AOC, ce mardi. « Dans les derniers 100 mètres », les viticulteurs sont optimistes.

Après un hiver relativement sec, un peu plus froid que d’habitude, ils ont échappé de justesse au gel début avril. Le printemps a ensuite été un peu chaud, et surtout « on a bénéficié d’une très belle floraison », continue le président. L’été, plutôt maussade, a laissé un peu de place à de belles périodes ensoleillées, « avec de la pluie au bon moment. C’est ce qui fait un bon millésime : quand tous les éléments arrivent au bon moment », assure Alain Le Capitaine. Côté mildiou, « on a maîtrisé la situation. Par contre, c’est l’oïdium que l’on rencontre de plus en plus dans notre vignoble », ajoute-t-il. De la pourriture est aussi présente et appelle à la vigilance. Le chargement est en tout cas généreux, donc le rendement devrait être au rendez-vous. Les vendanges débuteront vraisemblablement la semaine prochaine. « Jusque-là, il faudrait que le temps sec dure, ou au moins qu’on n’ait pas de grosse pluie. Le vent séchant nous arrange aussi, pour chasser l’humidité et les maladies avec », rapporte le président de l’appellation. Au niveau du millésime, ce dernier estime qu’on devrait se trouver dans les caractéristiques classiques des vins de l’AOC, en l’absence d’aléa majeur durant la campagne. Les prélèvements réalisés mardi par Inovalys lors de la visite de vignes ont relevé entre 10 et 12° potentiels, un taux tout à fait correct pour la période, avec une acidité allant de 8 à 10 g/l. Avec les fortes températures, l’acidité peut diminuer rapidement et le degré d’alcool augmenter rapidement. Jusqu’ici tout va bien, pourrait-on dire mais, comme à l’accoutumée, les vignerons ne vendent pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué…

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Des aménagements agricoles positifs pour la qualité de l’eau

 Pour préserver la qualité de l’eau, certains agriculteurs vont au-delà des obligations légales.

L’occasion de s’engager pour bénéficier de crédits carbone

 Les agriculteurs en grandes cultures intéressés pour réduire leurs émissions de CO2 et bénéficier de crédits carbone sont invités à se manife

Une plantation expérimentale de douze cultivars en Loir-et-Cher

Une plantation multiclonale de peupliers a été mise en place voilà deux ans à Noyers-sur-Cher (41).

Une journée départementale caprine riche en informations pour les éleveurs

Mycoplasmes, déclarations de mouvements, point sur la filière AOP, subventions… Les éleveurs caprins ont fait le plein d’informations utiles lors d

Ibrahima Ndiaye, vendeur d’aliments du bétail à Dakar

Jeune Sénégalais, Ibrahima Ndiaye commercialise toutes sortes d’aliments du bétail dans le quartier Yoff, au nord de Dakar.

« Aller à paris, c’était un objectif »

 Un éleveur du Petit-Pressigny fait le déplacement au Salon de l’agriculture avec une de ses prim’holstein pour participer au concours nationa

Publicité