Aller au contenu principal

La féverole toastée offre une meilleure valorisation de la protéine

 A Fontgombault, les associés de la ferme des Cabrioles n’ont de cesse de chercher et de mettre en place des solutions pour accroître l’autonomie alimentaire de leur troupeau caprin. Leur dernier chantier en date : un toaster à protéagineux.

Le toaster de féverole permet une meilleure valorisation de la protéine par les chèvres.

A la Ferme des Cabrioles au sud de l’Indre, Séverine et Thierry Reulier et Laurent Moreau trans forment, chaque année, les 110 000 litres de lait produits par leurs 140 chèvres. Afin de répondre au cahier des charges de l’AOP pouligny-saint-pierre, le trio a opté pour la féverole produite chez un agriculteur à proximité de l’exploitation. Pour optimiser l’ingestion de la protéine de la féverole, ils ont ins tallé et mis en fonction un toaster de protéagineux mi-juillet. « En chauffant entre 100 et 120°C, on garde la valeur alimentaire de la graine », a pointé Thierry Reu lier, lors d’une visite d’exploita tion dans le cadre des cinquante ans de l’appellation. Sur le marché, outre les ma chines industrielles, peu s’avèrent utilisables dans une ex ploitation agricole. Les associés ont donc adapté un prototype aux spécificités de leur ferme. « Une partie du projet est financé par le plan de relance, précise l’éleveur. Tout est mesuré : la température, la consommation énergétique, la valeur alimentaire, selon un suivi établi avec l’Idele et l’AOP, afin d’acquérir des données sur la pratique ».

ENTRE 400 ET 600 KG PAR 24 HEURES

L’outil développé par la société Ovium (Loire) répond aux at tentes des éleveurs. « Nous voulions un système simple et rustique. Il se compose d’une cellule et d’une vis, aucune cellule de tri ou système de refroidissement comme on peut en trouver sur les modèles industriels », détaille Thierry Reu lier. Le toaster tourne à faible débit, entre 400 et 600 kg par 24 heures. « Via la vis, le grain monte dans la chambre de chauffe ; une fois toastées, les graines retombent dans une remorque où elles refroidissent naturellement à l’air libre », ajoute l’éleveur. Avec ce système, il est possible égale ment de travailler du lupin ou du soja par exemple. « Les chèvres ont, dans un premier temps, boudé la féverole toastée mais lorsque certaines s’y sont jetées les autres ont suivi et elles apprécient fortement cet aliment », ont constaté les associés. La féverole complémente la ration basée sur l’herbe pâturée, à hauteur de 600 g à l’auge en été avec du maïs grain et du méteil triticale, vesce, pois.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Hier, « la chasse » aux engrais

Jusqu’il y a peu, le fumier était perdu pour les terres agricoles.

Des aménagements agricoles positifs pour la qualité de l’eau

 Pour préserver la qualité de l’eau, certains agriculteurs vont au-delà des obligations légales.

L’occasion de s’engager pour bénéficier de crédits carbone

 Les agriculteurs en grandes cultures intéressés pour réduire leurs émissions de CO2 et bénéficier de crédits carbone sont invités à se manife

Une plantation expérimentale de douze cultivars en Loir-et-Cher

Une plantation multiclonale de peupliers a été mise en place voilà deux ans à Noyers-sur-Cher (41).

Une journée départementale caprine riche en informations pour les éleveurs

Mycoplasmes, déclarations de mouvements, point sur la filière AOP, subventions… Les éleveurs caprins ont fait le plein d’informations utiles lors d

Ibrahima Ndiaye, vendeur d’aliments du bétail à Dakar

Jeune Sénégalais, Ibrahima Ndiaye commercialise toutes sortes d’aliments du bétail dans le quartier Yoff, au nord de Dakar.

Publicité