Aller au contenu principal

Apiculture
La production de miel est victime du printemps maussade

Les récoltes de miel sont faibles voire nulles pour certains miels. En cause principalement, le gel de début de printemps puis la longue période de pluie et de froid durant laquelle les abeilles ne sont quasiment pas sorties.

Partout en France, les apiculteurs font grise mine cette année. Richard Viau explique cette campagne difficile : « d’abord les acacias ont gelé, et le peu de fleurs qui restait est tombé rapidement à cause des pluies. Ensuite, avec le coup de chaud en juin, le tilleul a fleuri très vite, en deux jours, donc les abeilles n’ont pas eu le temps d’y aller. En colza, on a récolté un peu. Là on revient des ruches des châtaigniers, c’est bien la première fois qu’on n’a rien, parce qu’avec le mauvais temps qui a duré, les abeilles ne sont pas sorties des ruches. » A cause des intempéries, « les ruches ont eu faim en juin. Elles ont épuisé leurs réserves et certaines sont même mortes de faim, à défaut de pouvoir sortir se nourrir », déplore l’apiculteur d’Azay-sur-Cher. Il tourne ses espoirs vers le tournesol, sachant qu’il permettra en premier lieu aux abeilles de reconstituer leurs réserves, avant de commencer à produire davantage.

 

Michael Preteseille, apiculteur à Civray-de-Touraine, confirme que les abeilles ont utilisé leurs réserves au printemps. Aujourd’hui, « elles ont refait un peu leurs réserves grâce aux châtaigniers notamment, et commencent seulement à produire pour nous. On a eu très peu d’acacia. Maintenant, ce sera le tour des tournesols et du sarrasin. Dans le sud Touraine, là où les tournesols sont en fleurs, la miellée est en cours. Mais il n’est pas encore en fleur partout. » L’apiculteur a récolté un peu de tilleul, là où l’emplacement des ruches a permis aux abeilles de capter le maximum de soleil.

 

BEAUCOUP D’ESSAIMAGE

Il souligne que les quelques journées très chaudes en février ont dynamisé trop tôt les colonies. Lorsqu’il s’est remis à faire froid, les abeilles se sont confinées et ont essaimé, y compris les reines de l’année. « C’est l’alternance de périodes chaudes et froides puis la longue période fraîche et pluvieuse qui ont été problématiques. Ça a engendré beaucoup d’essaimage, on va donc perdre en génétique », analyse Michael Preteseille. Ce dernier a engrangé un dixième de sa récolte habituelle à cette date, et estime qu’il atteindra un tiers de sa récolte standard en fin de campagne. « Il faudra être vigilant à ce que les abeilles aient assez de réserves pour passer l’hiver. Les couverts agricoles y contribueront en septembre », ajoute-t-il. Il espère maintenant du beau temps, avec des températures pas trop chaudes, pour pouvoir réaliser les traitements naturels des ruches en août.

 

Du côté de Braye-sur-Maulne, Olivier Deffontaines fait état d’une récolte de printemps correcte de fin mars à début mai, mais d’une « bérézina » depuis. « Ça s’est bien passé jusqu’à ce qu’il se mette à pleuvoir sur la durée, rapporte-t-il. En miel de châtaigniers et de forêt, on a récolté à peine 20 % de ce qu’on récolte d’habitude. Les châtaigniers, qui avaient pâti de la sécheresse l’an dernier, ont fait moins de chatons en réaction, et quand les chatons sont arrivés, il s’est mis à pleuvoir et ils sont tombés à terre. Les abeilles n’ont pas pu en profiter. » Le miel d’acacia, quant à lui, est aux abonnés absents. « Les colonies ont beaucoup souffert du mauvais temps, ajoute l’apiculteur. Elles remontent en puissance avec les tournesols, mais les jours commencent déjà à raccourcir et elles vont commencer à préparer l’hiver. »

 

Une année particulièrement compliquée pour les abeilles et donc les apiculteurs, qui pourrait même laisser des traces dans les colonies l’année prochaine.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Un système pensé autour de la pousse de l’herbe
Originaire de La Ferrière, Guillaume Renault a adapté son système bovin lait en fonction de deux critères : le suivi de la courbe de pousse de
Pac 2023 : un remaniement important des aides couplées
 Au sein de la future Pac, les aides couplées, animales comme végétales, connaissent de nombreux changements.
Un cap filière caprin basé sur l’innovation et la prospective
La nouvelle feuille de route régionale pour la filière caprine a été signée le 9 décembre à Saint-Epain, lors de la journée régionale caprine.
Les circuits courts comme dénominateur commun
Rendez-vous devenu incontournable de Ferme Expo, les Trophées des territoires récompensent des initiatives locales en lien avec l’agriculture.
Une journée technique bovins lait fédératrice
Jeudi 2 décembre, le temps d’une journée, les éleveurs de bovins lait ont pu se retrouver à Sepmes afin d’aborder des sujets techniques et de
La préfète à l’écoute de la filière laitière
Pour découvrir de plus près la filière lait dans le département, la préfète d’Indre-et-Loire a visité lundi dernier un élevage bovin à Bridoré
Publicité