Aller au contenu principal

L’ajonc, un peu de jaune en hiver

Dans la grisaille de l’hiver, quand les arbres déplumés et l’herbe terne semblent pleurer sous les jets de pluie, « des champs de genêts et d’ajoncs resplendissent de leurs fleurs qu’on prendrait pour des papillons d’or. »

L’hiver, il est doux de porter le regard sur de menues taches de couleurs ; car au plutôt sombre tableau, elles opposent quelques gouttes de gaieté, si minuscules soientelles : l’ajonc et son jaune puissant, quasi éternel, sont de celles-là. L’arbuste semble ne jamais vouloir défleurir : d’un bout à l’autre de l’année, il pousse ses corolles, les laisse quelque temps s’épanouir avant que d’autres ne les remplacent. C’est « l’ajonc d’or » qui sourit au passant ; ce fut aussi, mais on l’a oublié, une vraie production agricole, au temps d’une paysannerie en phase avec son territoire.

Très piquant !

Le plus connu des ajoncs - ils sont quatre en France métropolitaine - est celui qui sévit dans nos régions, à savoir l’ajonc d’Europe Ulex europaeus. Cet arbuste sait se défendre, fort de ses feuilles acérées qui rebutent l’amateur de bouquets et qu’évite soigneusement le bestiau peutêtre gourmand mais pas totalement niais, en tous cas pas au point de s’y frotter. Assez grandes et pareilles à des papillons, ses fleurs sentent la noix de coco et, en prenant quelques précautions, il est toujours agréable d’y plonger le nez ; enfin, ses fruits sont des gousses velues à l’intérieur desquelles se cachent les graines, celles-ci toxiques, il faut le noter.

Un arbuste qui fixe l’azote

Si, aujourd’hui, l’ajonc charme le paysage, il sut aussi, en son temps et dans certaines régions qui n’en manquaient pas, proposer ses services au paysan du cru. Ce dernier, qui n’avait pas la tête dans sa poche et savait regarder, sut s’en faire un précieux auxiliaire, à tel point qu’il le cultivait et en prenait grand soin. Avec le trèfle et la luzerne, la plante était alors une de ces légumineuses reconnues dont, aujourd’hui, on vante le pouvoir de fixer l’azote de l’air. A ce titre, l’ajonc peut donc, grâce aux nombreuses nodosités qui jalonnent ses racines, remplir cette fonction importante consistant à travailler en symbiose avec les bactéries utiles. Par ce biais, le sol s’enrichit naturellement en azote, (même si l’on sait qu’en parallèle, il l’acidifie), atout que le paysan d’hier avait sans doute perçu sans pour autant se l’expliquer scientifiquement.

Des landes monotones

A vrai dire, l’ajonc succède à la forêt. Une fois en place, il s’étend sans complexe, densément même, jusqu’à empêcher la reconquête des lieux par d’autres plantes qui, sans lui, auraient certainement été plus variées. Longtemps, en Brenne, mais aussi sur des parcelles acides du Boischaut sud, il forma des landes compactes. Avec lui, quelques compères, tels le genêt à balai - tout aussi jaune, mais de floraison printanière plus éphémère - et la bruyère à balai. Le tout formait alors un ensemble qui attristait le poète et indignait l’agronome savant qui ne supportait pas de voir autant de terres couvertes de cette végétation hirsute alors qu’elles auraient pu, pensaitil, recevoir la semence de ces grains utiles dont on fait le bon pain. 

Une belle ressource

Certes. Mais dans une économie autarcique où, sur place, l’on prenait ce dont on avait besoin, l’ajonc était une véritable ressource, à la fois fourrage et litière, bon pour le chauffage. Ce qui n’est pas rien. Fourrage ? Cela peut surprendre. En fait, il était proposé l’hiver aux bestiaux retenus au chaud, des vaches et des chevaux qui l’acceptaient sous la seule forme de jeunes pousses encore tendres (et pas encore piquantes), au préalable broyées et hachées ; moyennant quoi, il entrait dans la ration alimentaire, servi d’autant mieux qu’il se coupait de novembre à mars et qu’il était de bon rendement. Tant d’atouts expliquent qu’on le nomma « la luzerne des pays pauvres ». Et, toujours en ces régions où il abondait, il donnait une belle litière, à la fois douce et absorbante tandis que,  séchées en fagots, ses vieilles tiges finissaient dans le four domestique. Rien ne se perdait…

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

« Contractualiser est l’occasion de préciser les choses »
La section régionale lait de la FNSEA CVL organise une série de réunions pour parler de la contractualisation de la viande issue du troupeau laitier.
La démarche de transfert DPB est simplifiée
 Avec la nouvelle Pac, pour valider le transfert des DPB, il n’y a plus besoin de justifier que leur cession se fait en parallèle de transfert de fonc
Un cycle des cultures raccourci dans les prochaines décennies
Quels sont les impacts du changement climatique sur le cycle des cultures céréalières ?
Une table ronde pour comprendre le changement climatique
  Au programme de cette réunion qui se tiendra le 7 février à 14 h : le changement climatique et de ses conséquences, avec des intervenants de haut vo
Peser les jeunes animaux pour optimiser l’alimentation
Limiter la consommation de poudre de lait puis d’aliments, tout en augmentant la production laitière du troupeau.
Pâturage de céréales : conjuguer bienfait animal et efficacité économique
Même si l’intérêt pour la culture céréalière est limité, les atouts du pâturage des céréales d’hiver par des ovins sont nombreux pour le troupeau.
Publicité