Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Entreprise locale
L’Arom’Arrangé, de l’exotisme à la manière locale

A Chargé, Sébastien Vrignon a transformé son goût pour le bon rhum arrangé en activité professionnelle. Avec son épouse, ils font grandir leur entreprise de production de boissons à base de rhum, dont le savoir-faire est récompensé chaque année au Concours général agricole de Paris.

Depuis une quinzaine d’années, Sébastien Vrignon vouait une passion pour le rhum, « arrangé » de fruits, d’épices ou autres gourmandises. Il s’amusait à en créer pour son plaisir et celui de ses proches. Pâtissier de métier, la vie l’amène à se reconvertir pour suivre la voie de sa passion. Créée fin 2014 à Chargé, sa petite entreprise « L’Arom’Arrangé » reçoit seulement quatre mois plus tard sa première médaille d’or au Concours général agricole de Paris !

 

« On a commencé avec 4 ou 5 parfums, en les fabriquant à la maison, puis on a construit le laboratoire actuel, raconte son épouse Emmanuelle, qui a arrêté son métier d’infirmière pour s’investir dans l’entreprise. La médaille d’or nous a vraiment lancés. » Aujourd’hui, cinq personnes travaillent dans l’entreprise, la fille, le gendre et la belle-fille ayant rejoint l’aventure familiale.

 

DES INGRÉDIENTS RIGOUREUSEMENT CHOISIS

L’Arom’Arrangé travaille avec le rhum agricole Saint James, originaire de Martinique. Quant aux fruits, comme les litchis de La Réunion, ils arrivent frais et sont préparés à la main. La société se fournit en épices chez Terre Exotique, à Rochecorbon. Les fraises et les poires tapées, elles, proviennent de Touraine.

 

Les mélanges macèrent au minimum un mois et demi ; pour les parfums noix de coco, vanille et poire tapée, cela peut aller jusqu’à six mois. Une durée définie après dégustation.

 

La matière filtrée n’est pas perdue, elle est transformée en confiture, pour les parfums schrubb (orange-cannelle) et « soleil à Nice ».

 

Les clients disposent désormais d’un choix de 22 parfums de rhums arrangés, des plus classiques aux plus originaux. Et la famille teste régulièrement des nouveautés. C’est ainsi que la gamme propose le punch au rhum gingembre-citron, mojito framboise, mangue-passion, schrubb, tamarillo (ndlr : variété de tomate) basilic, ou encore fraise tagada qui séduit beaucoup les jeunes, « On a aussi créé un pétillant au rhum arrangé, et on a collaboré avec la Brasserie de l’Aurore, pour sortir une bière Turone au rhum arrangé. Elle sera commercialisée très prochainement », annonce Emmanuelle.

 

En format 5 cl, 35 cl, 70 cl ou 1,5 l, avec des teneurs en alcool allant de 17 à 46 °, il en existe pour toutes les envies. « C’est un choix de notre part de proposer des versions avec différents degrés d’alcool, pour que tout le monde puisse en boire », ajoute Emmanuelle Vrignon.

 

12 MÉDAILLES AU CONCOURS GÉNÉRAL AGRICOLE

Chaque année, le couple présente un ou plusieurs produits au Concours général agricole (CGA)… et chaque année il rafle au moins une médaille. Au total au CGA, ils ont remporté 6 médailles d’or, 5 d’argent et 1 de bronze, en comptant la médaille d’or de cette année pour le punch au rhum ananas Victoria. Ce dernier a été le plus présenté et le plus primé. Certains parfums ne peuvent participer car leurs catégories ne sont pas référencées au concours ; il faut dire qu’il n’existe que 3 à 4 entreprises de taille significative dans ce secteur d’activité.

 

Cette année, L’Arom’Arrangé avait pour la première fois son stand au Salon de l’agriculture, une expérience qui sera renouvelée. « Il y a énormément de monde, surtout le samedi, et on a eu des contacts avec des professionnels pour des épiceries fines et des cavistes », se réjouit Emmanuelle. La société est présente sur différents salons tout au long de l’année, dont le Rhum Fest Paris en avril et le Bordeaux Rhum Festival en juin.

 

L’Arom’Arrangé, ce sont 100 000 bouteilles vendues à l’année. En Touraine, les produits sont notamment en vente aux Belles caves, au 22/20 et à l’Arrivage à Tours nord, à la Pression du Tonneau à Bourgueil, à la Balade gourmande à Azay-le-Rideau, à Saveurs de Loire à Rigny-Ussé… Mais c’est dans toute la France que les points de vente se développent, y compris à Paris.

 

En plein essor, l’entreprise a besoin de place. Les gérants envisagent donc de réaménager les locaux pour ajouter 100 m2 de stockage. Le développement de la vente en export et des points de vente sont aussi à l’ordre du jour.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Un plan conséquent de soutien à l’économie
L’état et la région Centre Val de Loire se sont accordés pour mettre sur pied un plan de survie des entreprises fondé dans un premier temps su
Covid-19 : les filières tiennent mais grincent
Hissées sur le piédestal de la République, les filières agro-alimentaires remplissent du mieux qu’elles peuvent leur mission : fournir les ass
Horticulture-pépinière : un printemps au goût amer
Le coronavirus déstabilise beaucoup de secteurs économiques.
Filière vin : un printemps de menaces majeures
Avec 1,3 milliard de chiffre d’affaires annuel, ses 3 700 opérateurs, des dizaines de coopératives et 340 négociants, la filière viticole est
Que faire quand le Covid-19 est là ?
Dès la fin de semaine dernière, des employeurs ont signifié la présence de cas de salariés atteints par le Covid-19.
Publicité