Aller au contenu principal

Maïs fourrage : un été difficile, mais des rendements meilleurs que prévu

La campagne de maïs fourrage a été marquée par un stress hydrique estival conséquent, notamment en Centre-Val de Loire. Les résultats qualitatifs se sont tout de même montrés corrects par rapport aux prévisions.

Semés entre mi-avril et mimai, les maïs ont bénéficié de bonnes conditions climatiques au démarrage, avec des températures douces puis un mois de juin bien arrosé. Côté gestion des adventices, de favorables au départ, les conditions se sont compliquées avec l’arrivée de la pluie.

 

Une augmentation des dégâts de corvidés (notamment le choucas des tours) a été constatée. « Les besoins de ces oiseaux semblent synchronisés avec les dates de semis », note Michel Moquet, ingénieur d’Arvalis, en charge du dossier fourrages. Du côté des foreurs, la sésamie progresse tandis que la pyrale a été moins présente. Après une floraison en avance de quelques jours et affichant une biomasse correcte et un bon développement, le déficit hydrique estival (mi-juillet à mi-août) a impacté le nombre de grains. Une période chaude en septembre a ensuite fait progresser rapidement le taux de MS.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Le Veau bio de Touraine arrive dans les cantines
Après le Grand bœuf en septembre 2021, la filière Veau bio de Touraine vient d’être lancée.
2022 : « une année de transition »
 L’abattoir de volailles et lapins du Sud Touraine est revenu sur une année riche en adaptations, lors de son assemblée générale.
Une dynamique très positive
 L’abattoir de Saint-Flovier, principalement consacré aux volailles, affiche un bilan très positif et une belle dynamique ces dernières années.
Lucie Oger : le savoir-faire alpin importé en Touraine
Avant de revenir à la ferme familiale, Lucie Oger, 28 ans, a fait des détours.
« Les dégâts auraient pu être bien pires »
La précocité de la récolte du maïs fourrage résulte d’une conjoncture d’éléments liés au climat pour la plupart, explique Augustin Gravier, conseiller
Justine Chauveau : déjà des projets en perspective
Malgré un parcours à l’installation énergivore, Justine Chauveau conserve un optimisme débordant.
Publicité