Aller au contenu principal

Maladies des céréales à paille
Moins traiter, c’est possible… et conseillé !

Encouragée par Ecophyto II + et la pression sociétale, la réduction des produits phytosanitaires est de mise. Pour les céréales à paille, la suppression du premier traitement (T1) est même très souvent intéressante économiquement.

L’année 2019 a été caractérisée par une nuisibilité moyenne en céréales à paille : 11,5 q/ha. Le nombre de traitements fongicides sur blés est stable depuis 2000, à 2.05 en moyenne. Cependant, les doses utilisées ont beaucoup diminué. Pour les réduire encore, c’est le traitement au stade T1 (premier traitement avant le stade dernière feuille étalée) qui est visé.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Couverts : « Aujourd’hui, je sais tous les avantages que ça apporte derrière »
Jean-François Varvou, en TCS et semis direct, a appris à apprivoiser les couverts d’intercultures.
Maladie de la vigne : flavescence dorée ou bois noir ?
Le vignoble tourangeau a vécu deux alertes sérieuses d’introduction de la flavescence dorée, dont les symptômes sont similaires au bois noir.
Premières salades aux Jardins perchés
Décidément, il est loin le temps où les Jardins perchés de Tours nord n’existaient que sous la forme d’une jolie vue 3D d’architectes surplomb
Après le gel : la FAV reçoit les parlementaires
Un sénateur, un conseiller départemental et un député ont répondu à l’invitation de la fédération des associations viticoles d’Indre-et-Loire
« Les retours des clients, c’est une vraie récompense »
Julie Maréchaux s’est lancée depuis deux ans dans la transformation et la vente directe des céréales de son mari et d’autres produits de la fe
Patate douce : le tubercule qui monte, qui monte !
Quand un horticulteur chinonais saisit à la volée l’ascension fulgurante de la patate douce.
Publicité