Aller au contenu principal

Obtenir son CSP avec la chambre d’agriculture

  La loi qui sépare vente et conseil des produits phytos a entraîné bon nombre d’organismes stockeurs à faire le choix de la vente, souvent pour des raisons économiques. La chambre d’agriculture d’Indre-et-Loire, en tant que principal fournisseur de conseils agronomiques, propose la prestation conseil.

Le conseil stratégique phytosanitaire (CSP) émane du texte de loi promulgué en 2019 qui oblige la séparation de la vente et du conseil concernant les produits phytos. Il s’agit d’un nouveau conseil global sur l’usage des produits à l’échelle d’une exploitation, quelle que soit sa production. Il consiste en un diagnostic suivi d’un plan d’action propre à chaque exploitation, qui devra disposer d’un CSP d’ici le 1er janvier 2024. A noter que le CSP est rattaché à l’entreprise et non pas à l’agriculteur (contrairement au certiphyto). Autrement dit, un seul CSP suffit au sein d’un Gaec, mais un agriculteur qui possède par exemple une EARL et une SCEA devra détenir deux CSP. Ce CSP sera exigé pour passer le certiphyto et en cas de contrôle de l’administration. Indirectement, il est donc indispensable pour l’achat et l’épandage de produits.

EN INDIVIDUEL  OU EN COLLECTIF

La chambre d’agriculture propose cette prestation. Pour ce faire, elle invite tout candidat potentiel à se rendre sur son site internet *. Dans la rubrique CSP visible depuis la page d’accueil, l’agriculteur renseigne quelques éléments de base (coordonnées, siret, etc.) Via l’accès à un lien envoyé par mail ou par courrier, c’est ensuite lui qui réalise directement en ligne le diagnostic de son exploitation, à l’aide de questions ciblées. Ces différentes questions permettent d’établir une image des pratiques de l’agriculteur. D’après Jean-Yves Laurandin, référent pour les CSP à la chambre d’agriculture, « le diagnostic demandent entre deux et trois heures de travail. » Réaliser ce diagnostic nécessite de connaître entre autres ses IFT ** sur les trois campagnes antérieures. Les bioagresseurs présents sur l’exploitation et qui nécessitent une intervention phyto sont également à répertorier. Suite à ce diagnostic et dans les deux mois qui suivent maximum, l’agriculteur est invité à se rendre à la chambre d’agriculture ou dans un lieu pré-défini à l’avance, plus proche géographiquement. Il participe alors à une prestation collective d’une demi-journée. Les conseillers de la CA37 orientent alors les agriculteurs vers les leviers envisageables sur leur exploitation, en fonction du diagnostic préalablement établi (outil d’aide à la décision, travail du sol, bioagresseurs, désherbage mécanique, produit de biocontrôle, etc.) A ce jour, seuls 10 % des 3 000 agriculteurs du département ont réalisé leur CSP. « D’où l’intérêt de réaliser des sessions collectives, appuie Jean-Yves Laurandin. C’est ce que nous faisons jusque-là à hauteur de 95 %. » Le coût du CSP en session collective à la chambre d’agriculture est de 200 euros HT pour un adhérent au GDA et 220 pour un non adhérent. Pour une prise en charge individuelle, le prix est doublé. Une attestation prouvant le suivi de la formation est délivrée à chaque stagiaire à l’issue de la demi-journée.

* Site de la chambre :  www.cda37.fr.

** IFT : Indice de fréquence de traitement.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Hier, « la chasse » aux engrais

Jusqu’il y a peu, le fumier était perdu pour les terres agricoles.

Des aménagements agricoles positifs pour la qualité de l’eau

 Pour préserver la qualité de l’eau, certains agriculteurs vont au-delà des obligations légales.

L’occasion de s’engager pour bénéficier de crédits carbone

 Les agriculteurs en grandes cultures intéressés pour réduire leurs émissions de CO2 et bénéficier de crédits carbone sont invités à se manife

Une plantation expérimentale de douze cultivars en Loir-et-Cher

Une plantation multiclonale de peupliers a été mise en place voilà deux ans à Noyers-sur-Cher (41).

Une journée départementale caprine riche en informations pour les éleveurs

Mycoplasmes, déclarations de mouvements, point sur la filière AOP, subventions… Les éleveurs caprins ont fait le plein d’informations utiles lors d

Ibrahima Ndiaye, vendeur d’aliments du bétail à Dakar

Jeune Sénégalais, Ibrahima Ndiaye commercialise toutes sortes d’aliments du bétail dans le quartier Yoff, au nord de Dakar.

Publicité