Aller au contenu principal

Plan pollinisateurs : jusqu’au 20 juillet pour s’exprimer

Céréaliers, viticulteurs, arboriculteurs, semenciers, maraîchers sont invités à faire leurs remarques sur le plan pollinisateurs jusqu’au 20 juillet pour obtenir un plan cohérent.

Pour apporter le plus de réalisme possible dans le futur arrêté, les céréaliers, viticulteurs, arboriculteurs, maraîchers ont intérêt à faire valoir leur point de vue concret à l’occasion de la consultation qui se clôture le 20 juillet.

Remboursement TIC / La consultation sur les projets de plan et d’arrêté pollinisateurs est en cours. Elle se termine le 20 juillet. Pour la FNSEA 37 « il est indispensable que les céréaliers, viticulteurs, arboriculteurs, maraîchers se mobilisent pour faire part de leurs remarques. Il faut éviter les distorsions de concurrence et des règles inapplicables. » Les militants des ONG se sont mobilisés. Au 13 juillet, il y a déjà plus de 15 000 commentaires. Le monde agricole, viticole et apiculteur professionnel a donc tout intérêt à faire valoir son point de vue concret.

 

Il y a en pratique deux consultations. Celle sur le plan global pollinisateurs ici : https://urlz.fr/ g1SZ et celle sur l’arrêté, qui aura des aspects directs et concrets pour toutes les productions végétales, consultable ici : https:// urlz.fr/g1T2.

 

Sur l’arrêté, la FNSEA 37 met à disposition de ses adhérents des éléments de compréhension, afin que le maximum de producteurs puisse faire connaître leurs remarques, leurs expériences concrètes et leurs témoignages.

 

Exemples de thèmes développés :

• Prise en compte des contraintes salariales et d’organisation du travail dans les horaires de traitement pour éviter le traitement de nuit ;

• Plages horaires pour les traitements en période de floraison adaptées pour les insectes exclusivement diurnes, les traitements fongicides d’urgence, la lutte obligatoire et les traitements sous serre ;

• Pouvoir traiter très tôt le matin en réduisant les doses, en cohérence avec l’attente sociétale de réduction d’utilisation des produits phytosanitaires ;

• Pour une prise en compte de la spécificité des cultures mineures ;

• Prise en compte de la vigne (et autres) comme culture non attractive ;

• Définition cohérente des règles sur les zones de butinage pour conserver des interrangs attractifs pour les pollinisateurs et non l’inverse, même pour les couverts en interculture ;

• Pour une réglementation harmonisée au niveau européen ;

• Pour une réévaluation des produits phytosanitaires en France avec les mêmes règles et calendrier qu’en Europe et non en 48 mois. Attention, les contributions ne doivent pas être des « copiercoller ».

 

ET LA VIGNE ?

L’arrêté ne s’appliquera pas pour les cultures non attractives qui figureront sur une liste publiée par le ministère de l’Agriculture. Il semble acté que les céréales à paille, les graminées fourragères seront dans la liste, mais il reste des incertitudes pour la vigne, la pomme de terre, le lin, le soja, le pois protéagineux, les haricots, les fèves, la lentille, le lupin… La vigne, comme les vergers, est également concernée par la règle sur couverts interrangs.

 

UN PLAN AMBITIEUX MAIS SANS BUDGET

Le plan pollinisateurs est beaucoup plus complet que la version initiale, grâce aux contributions de la profession. Il est composé d’actions complémentaires sur les connaissances scientifiques, l’accompagnement des agriculteurs, apiculteurs et autres secteurs d’activité, la santé des abeilles et les bonnes pratiques agricoles. Au niveau national, un comité de pilotage sera mis en place pour concrétiser les actions. La profession agricole demande à être pleinement impliquée dans ce comité et les groupes de travail. Au niveau régional, les préfets auront la charge de la déclinaison sur leur territoire. Il est regrettable en revanche que le budget ne soit pas à la hauteur des ambitions du plan. C’est un point essentiel à signaler dans le cadre de la consultation. Il faut rappeler aussi que l’agriculture apporte des ressources alimentaires pour les pollinisateurs (colza, tournesol, vergers, luzernes…) et des lieux de vie (haies, jachères, bandes fleuries, prairies…).

 

Remarques de la FNSEA 37 à consulter sur www.maisondesagriculteurs37. fr/ en Actualité.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Moisson : des rendements en bio corrects
Comme en production conventionnelle, les premiers résultats des exploitations en agriculture biologique confirment une année placée sous le si
Explorateur d’hybrides
Un vigneron curieux tente de s’affranchir des voiles culturels qui ont imposé les cépages emblématiques pour s’aventurer sans oeillères et idé
Moisson : des rendements surprenants
Prix, rendements, les clignotants sont au vert pour la moisson 2021.
Le regard bienveillant de Bacchus sur Cravant
Changement de génération, le dieu du vin remplace la dive bouteille installée près du lavoir depuis un demi-siècle.
Une moisson entre les gouttes
La moisson peine à trouver son rythme de croisière cette année mais les beaux jours annoncés ce week-end et la semaine prochaine devraient cha
AOC touraine : une bouteille sur trois exportée
Stabilité des sorties de chais, baisse marquée des cours du touraine blanc mais une dynamique export qui se confirme, radiographie des marchés
Publicité