Aller au contenu principal

Pommes : calibre et volume impactés par les aléas

A Saint-Aubin-le-Dépeint, les vergers du Gaec des Deux Saints ont subi au printemps dernier le gel et la grêle.

A l’heure de la cueillette, le bilan confirme des dégâts relativement importants.

Au nord du département, à St-Aubin-le-Dépeint, Eric Refour annonce une perte de 40 à 50 % de récolte suite aux gels du printemps. « On a mis les bougies dans les vergers pendant onze nuits, mais la température est descendue trop bas », indique l’arboriculteur, associé avec son frère Martial dans le Gaec des Deux Saints. Les dégâts sont très épars, selon la localisation des parcelles et la précocité de floraison des variétés – 40 variétés étant produites sur l’exploitation bio. Les reines des reinettes ont largement souffert, il y en aura peu, tout comme la variété elstar. Les associés estiment que le bon rendement des golden devrait compenser.

 

Mais ici, la grêle perforante des 19 et 21 juin s’est ajoutée à la liste des aléas. « Une petite moitié de nos parcelles est protégée par des filets paragrêle. On protège les plantations les plus jeunes. Sur le reste, là où le couloir de grêle est passé, pommes et feuilles ont été très abîmées », relate Eric Refour. Les stigmates sont bien visibles, surtout sur les variétés les plus tendres. Les blessures sur les branches cicatrisent peu à peu, mais les impacts sur les fruits sont conséquents. Dans l’une des parcelles très touchée, un tri rigoureux a été réalisé pour ne garder que les fruits en état, « mais c’est un travail énorme !, lance l’agriculteur. Pour la troisième variété de cette parcelle, on a tout mis au jus de pomme, il y avait 90 % de perte… »

 

BEAUCOUP DE POMMES PASSÉES EN JUS

Les calibres ne sont par ailleurs pas très gros cette année. « Les golden notamment sont petites. Les melrose sont de calibre normal mais sans plus, ce qui paraît logique car leurs feuilles ont été abîmées par la grêle, elles avaient donc moins de nourriture », explique Eric Refour. Avec un printemps et un été humides, la tavelure tardive a nécessité une grande vigilance cette année et de nombreux passages, et encore plus après les épisodes de grêle. Il a fallu traiter, repasser pour cicatriser puis appliquer un poudrage pour assécher les plaies. Grâce à ces soins, les fruits ont finalement développé peu de pourriture.

 

La bonne nouvelle est venue du côté des ravageurs, la relative fraîcheur qui a accompagné les beaux jours a eu un impact positif. « On a eu peu d’insectes piqueurs, que ce soient les anthonomes, les hoplocampes, ou les carpocapses. On a utilisé la confusion sexuelle, le carton ondulé sur les troncs d’arbres pour piéger les carpocapses, et on n’est moins intervenus que d’habitude », détaille Eric Refour.

 

Les saisonniers poursuivent actuellement la cueillette avec la variété chantecler. Les récoltes s’organisent au gré des tests de régression d’amidon et des colorations. « Maintenant il faudrait du soleil, et une bonne amplitude de température jour/nuit ave de l’humidité le matin, note Martial Refour. Ce début de semaine, c’est un temps idéal, tant qu’il ne fait pas trop froid. »

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Chenonceaux aspire à voler de ses propres ailes

En assemblée générale le 21 mars, les adhérents de l’ODG touraine-chenonceaux ont acté le fait de travailler cette année pour évoluer d’un statut d

Comprendre la puissance du sol

 « Ce qu’on sait sur le sol, c’est qu’on ne sait pas grand-chose ! », lançait Konrad Schreiber, lors d’une formation en agronom

Plus besoin de tire-bouchon pour boire du vin !

Vignerons à Benais, Vincent et Guillaume Delanoue proposent désormais une partie de leur production conditionnée en canettes, pour aller chercher u

Que sait-on aujourd’hui de la flavescence dorée ?

 Dispersion de la maladie, sensibilité en fonction des cépages, phénomènes de rétablissement : état des lieux sur les connaissances actue

La méthode de plantation en potets travaillés fait ses preuves

Une visite forestière a été organisée à l’issue de l’assemblée générale du Cetef de Touraine.

La longévité d’une parcelle débute par une implantation réussie

Face à l’évolution du climat, les chercheurs planchent sur différents leviers pour améliorer l’adaptation de la vigne.

Publicité