Aller au contenu principal

Conjoncture
Recherche aliments non OGM désespérément

La crise de l’alimentation animale non OGM se poursuit. Les difficultés d’approvisionnement et la hausse des coûts traduisent les effets d’un marché tendu depuis de longues semaines. Au sein des filières, des réflexions sont engagées pour aider les éleveurs à passer ce cap.

Depuis plusieurs mois, les cours de l’alimentation animale sont en hausse constante. Cette augmentation des cours est encore plus marquée sur les produits certifiés sans OGM. En parallèle, la volatilité des prix payés aux producteurs inquiète l’ensemble des filières animales. La FNP* a récemment réclamé qu’un indice du coût de production soit inscrit dans la proposition de loi Besson- Moreau (Egalim).

 

UN SURCOÛT MULTIPLIÉ PAR TROIS

Outre l’augmentation des prix, c’est le spectre de la pénurie en tourteaux de colza et de soja qui commence à poindre pour les filières sans OGM. Ces aliments sont difficilement substituables puisqu’ils sont souvent inscrits dans les cahiers des charges des labels de qualité. Ce scenario résulte de la forte demande chinoise. Le Brésil, l’un des principaux pays exportateurs de soja non OGM, a choisi de répondre aux besoins de la Chine en ne ségrégant plus les graines non OGM.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Le Veau bio de Touraine arrive dans les cantines
Après le Grand bœuf en septembre 2021, la filière Veau bio de Touraine vient d’être lancée.
2022 : « une année de transition »
 L’abattoir de volailles et lapins du Sud Touraine est revenu sur une année riche en adaptations, lors de son assemblée générale.
Une dynamique très positive
 L’abattoir de Saint-Flovier, principalement consacré aux volailles, affiche un bilan très positif et une belle dynamique ces dernières années.
Lucie Oger : le savoir-faire alpin importé en Touraine
Avant de revenir à la ferme familiale, Lucie Oger, 28 ans, a fait des détours.
« Les dégâts auraient pu être bien pires »
La précocité de la récolte du maïs fourrage résulte d’une conjoncture d’éléments liés au climat pour la plupart, explique Augustin Gravier, conseiller
Justine Chauveau : déjà des projets en perspective
Malgré un parcours à l’installation énergivore, Justine Chauveau conserve un optimisme débordant.
Publicité