Aller au contenu principal

Réseau Fredon : Homme, végétaux, environnement, une seule santé

Fredon France contribue à la surveillance des végétaux dans une démarche « One health » (« Une seule santé »), c’est-à-dire une vision sanitaire globale. Les enjeux transversaux de cette mission s’avèrent de plus en plus prégnants.

Valérian Gratpain (Direction générale de la santé) et Virginie Alavoine (Direction générale de l’alimentation) sont intervenus lors de l’assemblée générale conduite par Joël Rouillé, président de Fredon France et Fredon Centre-Val de Loire.

Fredon France, qui fête ses 90 ans cette année, a tenu son assemblée générale à Tours le 17 septembre dernier. Avec le changement climatique, la tâche est devenue plus ardue pour ce réseau d’experts végétaux dédiant son activité à la santé des végétaux. « A climat constant, il est facile d’imaginer les espèces qui vont s’installer. Mais avec le changement climatique, des espèces peuvent proliférer là où ce n’était pas envisageable avant, explique Olivier Pechamat, directeur de Fredon France. On a l’exemple avec la chenille processionnaire du chêne, qui progresse vers le sud, et avec celle du pin, qui progresse vers le nord. On ne connaît pas le terreau de demain... »

 

Lors de l’assemblée générale, Joël Rouillé, président de Fredon France et Fredon Centre-Val de Loire, a valorisé à plusieurs reprises le travail des équipes. « Nous sommes les vigies du risque sanitaire et apportons une contribution pour la santé des végétaux, a-t-il déclaré. Nous appliquons une approche de santé globale depuis déjà plusieurs années. » Une approche « One Health » (« Une seule santé ») intégrant la santé des végétaux, de l’environnement et de l’Homme.

 

Le président a également mentionné que l’organisme attendait le soutien du ministère de l’Agriculture, car « les conséquences de la présence de certaines espèces peuvent impacter durement les agriculteurs au niveau économique. »

 

INFORMER ET SENSIBILISER POUR PRÉVENIR

Fredon France avait invité Valérian Gratpain, de la Direction générale de la santé, pour évoquer le plan national santé environnement (PNSE) 4. Les PNSE ont été mis en place face à un constat : 23 % de la mortalité mondiale est liée à l’environnement (pollution de l’air, accès à l’eau, produits chimiques, radiation, pratiques agricoles, changement climatique…).

 

L’intervenant a exposé les 4 défis du PNSE 4 (2021-2025) :

• informer et former sur l’environnement et les gestes à adopter ;

• proposer une boîte à outils aux collectivités pour qu’elles puissent réaliser davantage d’actions ;

 • réduire les expositions environnementales affectant la santé et les écosystèmes ;

• mieux connaître les effets de l’environnement sur la santé humaine.

 

Des actions ont déjà été réalisées, telles que l’étiquetage sur la toxicité de produits du quotidien, le service Recosanté (recosante. beta.gouv.fr) informant sur la qualité de l’air extérieur et la présence de pollens, le site internet agir-pour-bebe.fr prodiguant des conseils pour l’environnement d’enfants en bas-âge…

 

« On va renforcer la surveillance des maladies zoonotiques et la synergie entre les trois santés », a annoncé le représentant du ministère. Et d’ajouter : « L’observatoire des ambroisies, piloté par Fredon France, a été élargi en juin 2021 à d’autres espèces problématiques pour la santé humaine et l’environnement : 3 espèces d’ambroisie, 2 espèces de chenilles processionnaires et 58 espèces végétales susceptibles de porter atteinte à la santé humaine. » L’observatoire est ainsi devenu celui « des espèces à enjeux pour la santé humaine ».

 

« Le coût de la prévention et de la surveillance sera toujours inférieur à la lutte sanitaire », a conclu Valérien Gratpain.

 

UN FINANCEMENT PLUS JUSTE DES PSIC ?

Virginie Alavoine, de la Direction générale de l’alimentation (DGAL), avait également été conviée. Celle-ci a rappelé que le Règlement de santé des végétaux de 2019 a instauré de grands principes, notamment celui de la surveillance biologique du territoire. « Pour le transposer en France, un décret va sortir en fin d’année. On va dans le sens d’une responsabilisation des professionnels. Il faut réorienter les choses pour ne pas se limiter à la surveillance liée à la réduction des phytos », a déclaré l’intervenante. Concernant les programmes sanitaires d’intérêt collectif (Psic), la DGAL planche sur leur financement et les sanctions éventuelles.

 

Joël Rouillé a attiré l’attention de Virginie Alavoine sur le financement de ces Psic : « il ne faut pas toujours penser à les faire financer par les agriculteurs, qui ne sont pas responsables de l’arrivée d’espèces invasives, du changement climatique… Pourquoi ne pas créer une contribution pour les vendeurs de végétaux ? ». La représentante de la DGAL a précisé que la volonté était en effet de faire porter le financement à l’ensemble de la filière qui bénéficie des actions des producteurs, et non pas qu’au volet production. Affaire à suivre.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Une journée départementale caprine riche en informations pour les éleveurs

Mycoplasmes, déclarations de mouvements, point sur la filière AOP, subventions… Les éleveurs caprins ont fait le plein d’informations utiles lors d

Anticipation et flexibilité : deux leviers pour optimiser son pâturage

Optimiser sa ressource en herbe via une gestion serrée de son pâturage peut être source d’économie et d’amélioration de l’autonomie alimentaire du

« Il faut bien se préparer ! »

Les chambres d’agriculture 36 et 37 et la laiterie de Verneuil ont invité de futurs installés à visiter une exploitation à céder et une récemment r

Aides animales 2024 à demander sur Telepac

Les aides animales peuvent être demandées sur Telepac à partir du 1er janvier 2024

UNE NOUVELLE BERGERIE POUR UN CONFORT DE TRAVAIL AMÉLIORÉ

Le Gaec Dubus Derville, en élevage bovin et ovin à Chaillac dans l’Indre, utilise sa nouvelle bergerie de 250 places depuis un an.

Une reproduction gérée au cordeau, récompensée par un Sabot d’argent

Sur son élevage de limousines à Saint-Epain, Pascal Pastorino applique le principe d’un veau par an, avec des vêlages regroupés sur un mois et demi

Publicité