Aller au contenu principal

Elections chambre d'agriculture
Retrousser ses manches face à l’avenir

Pascal Baron et son frère se sont installés en polyculture-élevage en hors-cadre familial, avec un troupeau de vaches laitières. Un œil sur l’actualité - qui n’épargne malheureusement pas l’élevage en ce moment -, il est engagé dans le réseau JA et espère voir bouger les choses.

Pascal Baron n’est pas issu du milieu agricole, mais avec son frère, ils ont rapidement eu l’envie de s’installer ensemble. Après un parcours à la MFR de Sorigny jusqu’au BEPA, il passe l’équivalent de l’actuel BPREA. Son frère suit son cursus à Fondettes, s’associe avec les cédants de ce qui est devenu leur exploitation. En 2007, Pascal le rejoint comme salarié, puis comme associé au départ en retraite du cédant en 2011. « Moi, c’est la partie cultures, plus que l’élevage, qui m’intéresse. On a essayé de faire de la vente au détail, mais c’est pas mon truc. Il faut rester sur ce qu’on sait faire ». La majorité des terres sont implantées en maïs, blé, colza, mais aussi luzerne et orge. Les céréales sont destinées à l’alimentation du bétail, et l’achat de foin complète les besoins.

Originaires du plateau de Sainte- Maure-de-Touraine, c’est l’opportunité qui mène les deux frères dans le nord du département. Quand on s’installe en hors cadre familial, « il faut retrousser ses manches et y aller ! Maintenant, on nous fait confiance », constate Pascal. Le Gaec fait partie des plus gros utilisateurs de la Cuma, un système largement privilégié par les associés. Pascal Baron est engagé au sein des Jeunes agriculteurs, afin de défendre la profession. Il aimerait voir évoluer le parcours à l’installation, car « ce n’est pas logique, on nous demande de tenir des chiffres établis au départ sur un prévisionnel de cinq ans, alors qu’en six mois, le monde agricole est chamboulé. Le prix du blé et même du lait est imprévisible. Les chiffres qu’on indique ne correspondent à rien. » De façon générale, Pascal est conscient des défi s à relever pour le monde agricole. « On fait partie des secteurs qui sortent des zones défavorisées, on a perdu gros… On essaie de faire plus de lait du coup. Je suis inquiet de façon générale au sujet de la future Pac ».

Dans son exploitation, où les vaches pâturent dès que la portance des sols et la saison le permettent, le bienêtre animal est un faux sujet. « On sait ce qu’on fait, on n’a pas de problème sanitaire et on est respectueux. Pour nous, on fait du bon boulot, alors ce qu’on entend ne nous touche pas. » Le jeune agriculteur est prêt à ouvrir les portes de l’exploitation pour expliquer son métier au grand public. La ferme a d’ailleurs accueilli la journée de l’installation il y a quelques années et la fête de l’agriculture en 2017.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Contrôle phyto en cours
Attention, la mise en oeuvre des ZNT riverain et points d’eau sera vérifiée pour la première fois cette année.
Méthanisation : « ll faut monter un projet à son image »
Les méthaniseurs de France se sont réunis dans le Lochois les 28 et 29 septembre.
Gaz et azote : les niveaux de prix suscitent de vives inquiétudes
Les agriculteurs, non protégés par un bouclier tarifaire, ont ressenti en premier les conséquences de la flambée des prix du gaz et demandé la
Les actions de Solaal saluées par François Hollande
François Hollande, président de la fondation « La France s’engage », est venu en Indre-et-Loire participer à l’une des actions solidaires orga
A Preuilly, un potager en partage
A Preuilly-sur-Claise, les habitants disposent depuis 2016 d’un espace collectif devenu un jardin partagé.
Pour une meilleure régulation du marché foncier
Avec sa proposition de loi foncière, le député Jean-Bernard Sempastous entend réguler le marché foncier et protéger les installations des jeun
Publicité