Aller au contenu principal

Réussir l’implantation de ses cultures

La réussite des cultures se joue dès l’implantation. Rappel des rudiments à connaître et des méthodes pour lutter contre les ravageurs.

Il est des principes qu’il n’est jamais inutile de rappeler. Jean-Yves Laurandin est revenu sur les préconisations de semis et sur quelques essais, à l’occasion du rendez-vous au champ de la chambre d’agriculture. « Le sol doit être réchauffé, à 1112 °C », a introduit le conseiller en agronomie de la chambre d’agriculture 37. Les indications de sommes de températures sont en cela précieuses. Et d’ajouter : « il faut que les graines lèvent dans les 10-15 jours pour éviter les dégâts de ravageurs. » Ce printemps, là où les cultures ont peiné à lever, d’importants dégâts de taupins, d’insectes et d’oiseaux ont été relevés. Le lit de semences doit être assez fin pour un bon contact terregraine. « En limons, on a souvent une semelle de labour à 30 cm. La casser permet de laisser l’eau s’infiltrer », précise le conseiller. En zone vulnérable, il convient de bien conduire les couverts. « Ils doivent être détruits au moins deux mois avant la reprise, généralement entre mi-décembre et début février », estime Jean-Yves Laurandin.

LIMACES, TAUPINS ET OISEAUX À L’AFFÛT

En maïs et tournesol, la difficulté consiste à gérer les taupins et les limaces. Cela commence par évaluer leur présence : pour les taupins, en enterrant une pomme de terre coupée ou en installant des pièges à phéromones : pour les limaces, en plaçant des bâches. Pour lutter contre ces ravageurs, il est possible d’incorporer des granulés insecticides sur les lignes de semis pour les taupins, ou des appâts voire de l’antilimaces pour les gastéropodes. Concernant les oiseaux, la chambre d’agriculture avait essayé en 2017 de semer des tournesols dans des levées d’orge semées quinze jours plus tôt. La diversion avait fonctionné, mais n’a pas été reproductible en 2018. La chambre a par ailleurs testé le traitement de semence biologique PNF 19 pour éloigner les oiseaux des tournesols. Malheureusement les résultats se sont avérés très variables.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Hier, « la chasse » aux engrais

Jusqu’il y a peu, le fumier était perdu pour les terres agricoles.

Des aménagements agricoles positifs pour la qualité de l’eau

 Pour préserver la qualité de l’eau, certains agriculteurs vont au-delà des obligations légales.

L’occasion de s’engager pour bénéficier de crédits carbone

 Les agriculteurs en grandes cultures intéressés pour réduire leurs émissions de CO2 et bénéficier de crédits carbone sont invités à se manife

Une plantation expérimentale de douze cultivars en Loir-et-Cher

Une plantation multiclonale de peupliers a été mise en place voilà deux ans à Noyers-sur-Cher (41).

Une journée départementale caprine riche en informations pour les éleveurs

Mycoplasmes, déclarations de mouvements, point sur la filière AOP, subventions… Les éleveurs caprins ont fait le plein d’informations utiles lors d

Ibrahima Ndiaye, vendeur d’aliments du bétail à Dakar

Jeune Sénégalais, Ibrahima Ndiaye commercialise toutes sortes d’aliments du bétail dans le quartier Yoff, au nord de Dakar.

Publicité