Aller au contenu principal

Gestion de l'eau
Sainte-Soline, stop à la désinformation

Les opposants antisystème font des réserves d’eau un symbole. En utilisant la violence et la désinformation, ils veulent l’abandon des projets. Mais la volonté gouvernementale et la prise de conscience de l’opinion publique laissent à penser qu’ils n’atteindront pas leur objectif. 

La mobilisation à Ste-Soline était organisée par la Confédération Paysanne, Soulèvement de la Terre et Bassines Non Merci. Les enquêtes des journalistes démontrent que la violence, avec le risque de blessés, était une pièce maitresse du scénario conçu par les organisateurs avec l’usage « d’éléments de langage » pour créer la désinformation et laisser penser à l’opinion publique et aux manifestants pacifistes, que la « cause est juste » et que la fin justifie les moyens.

Selon l’avis d’observateurs, l’intention des organisateurs était aussi délibérée que perverse. Ils souhaitaient qu’un drame se produise, comme à Sivens en octobre 2014, pour que le gouvernement soit contraint et forcé de mettre un terme au projet. Les pièces qui s’accumulent dans le dossier confortent cette analyse : rapport de la Préfecture 79, articles ou vidéos de journalistes et notes lisibles sur les comptes twitter de Soulèvement de la Terre. Les liens vers ses références sont lisibles ici : https://urlz.fr/laX.

MEDIC ET NON CROIX ROUGE

Les organisateurs ont décidé de créer une organisation interne « Medic » pour la gestion des blessés. Médic recommandait d’aller par ses propres moyens dans les hôpitaux (2 blessés lourds l’ont fait). Ce dans l’objectif, illusoire, de ne pas être identifié comme participant aux actions violentes (le « cortège vénère ») et d’être mis en examen par la justice.

Mais c’était prendre un grand risque : s’il y a des blessés lourds, comment faire ? Il n’y a pas eu de préparation indique la préfecture 79 dans son rapport. Comment les ambulances pouvaient-elles accéder au milieu de la plaine, quand on ne donne pas les coordonnées GPS ? Et l’ambulance qui a avancé a été freinée par des blessés légers qui demandaient à être secourus. Lors des manifestations retraite, autorisées, qui se font en ville, les syndicats de salariés s’assurent en amont avec les pouvoirs publics que des secours seront présents.

Ce risque a-t-il été réellement pesé par les responsables ? La préfecture a-t-elle quelque chose à se reprocher ? Aurait-elle dû, malgré tout, prépositionner des ambulances sur place (au risque qu’elles soient caillassées) ? La justice tranchera.

Le jusqu’au-boutisme des organisateurs persistera-t-il ? C’est à craindre : Julien Le Guet, leader de Bassines Non Merci, a clairement fait savoir sur RTL que cette « violence l’avait galvanisé ». Il a aussi indiqué à la Nouvelle République qu’il n’excluait pas une nouvelle manifestation cet été.

CORTÈGE « VÉNÈRE »

Les photos ci-dessus sont extraites d’une vidéo de l’émission Quotidien sur TMC. On comprend que trois cortèges étaient organisés dont un dit « vénère », ce qui ne laisse pas de doute sur l’intention préliminaire des organisateurs.

MENSONGES SUR LE FOND DU DOSSIER

Construire des réserves de substitution comme celles autour du Marais Poitevin, celles en conflit dans le Poitou, mais aussi celles sans conflit existantes dans le Sud Vendée depuis plusieurs années, cela ne se réalisera qu’exceptionnellement en région Centre-Val de Loire. Les types de nappes, l’hydrographie ne correspondent pas. Il y aura plutôt - le paysage plus vallonné le permet - des retenues collinaires alimentées si besoin par pompage dans la rivière en hiver.

Les créations de réserves actuelles et futures, à Ste-Soline et partout en France, suivent un cadre réglementaire très strict, coûteux en procédure, qui protège l’environnement et les autres utilisateurs de l’eau. Lorsque Marine Tondelier, la nouvelle responsable d’EELV, déclare sur les plateaux TV que « c’est un accaparement de l’eau », c’est un mensonge avéré. La députée et ses collègues de la Nupes qui s’associent aux manifestations n’ignorent pas la réalité. Dans un communiqué, la FNSEA 79 et JA 79 dénoncent ces mensonges.

De son côté, la FNSEA a vivement réagi : Christiane Lambert a exprimé « tout son soutien aux agriculteurs victimes des invasions et du harcèlement des manifestants, aux forces de l’ordre qui protègent les populations et les installations. Les trois organisateurs devront répondre des actes violents et haineux qu’ils ont suscités ».

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

La robotique, remplaçante des tracteurs standards
  Considérés par beaucoup comme l’avenir de l’agriculture, les automates arrivent timidement dans les cours de ferme.
VITILOIRE FÉDÈRE TOUJOURS AUTANT
  Après vingt ans d’existence, le salon des vins ligériens rencontre toujours autant de succès, notamment auprès d’un public jeune. 
Comment gérer les adventices demain ?
   Une quinzaine de céréaliers du nord Touraine planchent sur la gestion des adventices dans les prochaines années.
DES STRATÉGIES NOMBREUSES EN VINGT ANS D’ACTIVITÉ
  Alors que cela fait dix ans qu’il a quitté l’AOC touraine amboise, Bernard Catroux, vigneron à Limeray, retravaille ses sols pour limiter le recours
CHOISIR UNE INSÉMINATION ARTIFICIELLE SANS HORMONES
  Depuis une vingtaine d’années, le Gaec Marsault en Boischaut nord choisit tous les ans d’inséminer ses chèvres sans éponges, ni hormones.
POUR SÉCURISER SA PRODUCTION, UN BON NETTOYAGE S’IMPOSE
  L’hygiène est un critère indéniable pour réussir son atelier.
Publicité