Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Elections chambre d'agriculture
Se structurer : un devoir

Que ce soit dans leur territoire, auprès des consommateurs ou au sein de la profession, les chefs d’exploitation ont tout intérêt à faire entendre leur voix, considère Jean-Michel Pieaux.

« Notre appellation est une propriété collective. Si elle est là aujourd’hui, c’est que des gens l’ont fait vivre, l’ont développée, se sont investis pour elle. On ne doit pas attendre que d’autres le fassent pour nous. On doit donner de notre temps et de notre énergie, on a le devoir de la faire progresser. » Ce n’est pas un hasard si Jean-Michel Pieaux a pris la présidence du syndicat des vins de Vouvray en 2013... Engagé pour son appellation depuis toujours, il est fier de représenter une AOC qui compte parmi les premières de France, nées en 1936.

Face au constat de frilosité contemporaine lorsqu’il s’agit de trouver des représentants, que ce soit au niveau syndical ou communal, il estime qu’aujourd’hui plus que jamais il est nécessaire de s’engager, d’accepter la prise de responsabilités pour ne pas subir. « La profession agricole a un besoin fondamental de représentants. Leur rôle est de faire connaître les enjeux du métier. Un exemple flagrant est celui de la pression urbaine sur les zones viticoles, et plus largement agricoles du département. Les élections municipales sont faites pour ça, pour que nous ayons l’opportunité d’y être représentés et de pouvoir expliquer au public ce qu’est une zone viticole et quelles sont ses contraintes, en abordant notamment le sujet des produits phytosanitaires. Au niveau de la chambre d’agriculture, de tels dossiers doivent être traités et défendus, c’est indispensable. »

Né dans le monde viticole, de parents vignerons, Jean Michel Pieaux, après un BEP à Amboise, a travaillé sur l’exploitation familiale jusqu’en 1995, date à laquelle son père a pris sa retraite. Il s’est ensuite associé avec son jeune frère, agrandissant à l’occasion le vignoble d’une dizaine d’hectares. Aujourd’hui son fi ls emboîte ses pas, puisque depuis un an, il est salarié de l’exploitation qu’il compte rejoindre comme associé dans quelques années. Au domaine, 60 % de la production sont destinés à la vente directe. La proximité producteur-consommateur est une priorité pour Jean-Michel. « Le monde agricole doit se réapproprier le volet commercial. Nous ne devons plus nous contenter de produire. C’est vrai qu’en viti on a la chance de proposer un produit fi ni, c’est plus facile qu’en céréales, mais nous devons tous valoriser notre production et par-là même, revaloriser notre image au travers des circuits courts. C’est d’ailleurs une demande de la part des clients, qui est calquée sur l’évolution générale de la consommation. En ce qui concerne le vin, la consommation globale diminue ; on boit moins, mais mieux. Les consommateurs s’intéressent vraiment au métier à travers le produit. Ils veulent comprendre le travail et on doit y consacrer du temps. Notre argument commercial, c’est la qualité de nos produits. »  

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Contrôles DDT : une rencontre entre échange et pédagogie
Lors de la journée pédagogique organisée par la DDT au sujet des contrôles, les agriculteurs ont apprécié les échanges et les réponses précise
Quelle sera la décision d’Edouard Philippe ?
Après les rencontres et propos d’apaisement, les arbitrages et décisions du Premier ministre sont attendues avec anxiété, notamment en product
A la Une de Terre de Touraine du 6 décembre 2019
Les abonnés peuvent feuilleter l'intégralité de l'édition électronique dès le jeudi après midi précédent la parution papier grâce à leur code
A la Une de Terre de Touraine du 29 novembre 2019
Les abonnés peuvent feuilleter l'intégralité de l'édition électronique dès le jeudi après midi précédent la parution papier grâce à leur code
Les agriculteurs ouvrent leur porte aux réfugiés
Le Groupement d’Employeurs de Touraine (GET), l’UDSEA 37 et Entraide et Solidarités agissent ensemble pour l’emploi.
Semis de blé : derniers espoirs noyés !
Les jours se suivent et se ressemblent. Il pleut.
Publicité