Aller au contenu principal

Sur les rives du lac de Paladru

Grâce aux nombreux vestiges découverts sous les eaux du lac de Paladru, en Isère, le musée éponyme propose aux visiteurs un voyage dans les temps du Néolithique et de l’an Mil.

Cela faisait plus de 50 ans que les acteurs locaux du territoire de Paladru dans les Terres froides, avaient en tête la création d’un musée qui exposerait les vestiges remontés des eaux du lac depuis les années  70. Le projet a vu le jour en juin dernier. Ce nouveau musée, original par sa forme qui rappelle la pirogue extraite du lac (1), permet de découvrir grâce à ses collections composées de 600 objets, la vie qu’il y a eu à ces endroits aux époques du Néolithique et de l’an Mil. 

Une enquête 

De part et d’autre du musée, deux allées, deux époques, deux territoires correspondants aux deux sites implantés sur les rives du lac. L’une présente les vestiges datant de 4 600 ans, soit de l’époque du Néolithique, l’autre ceux de l’an 1040. L’ensemble de ces découvertes ont permis grâce à une enquête menée par archéologues et historiens, de raconter l’histoire, la vie de ces hommes, qui ont vécu sur les rives du lac durant ces périodes et de nombreux aspects de leur quotidien. 

Le néolithique 

Le site des Baigneurs au travers de la découverte d’un alignement de pieux, a révélé la sédentarisation de nomades, cherchant un site nourricier pour s’installer. « La fouille complète des lieux a permis de reconstituer avec précision, les cinq maisons et la vie quotidienne de ces familles, entre chasse, pêche et élevage, cueillette et cultures, fabrication d’outils en silex et de poteries, tissage et vannerie », explique Laurence Pinzetta, guide conférencière au musée. Les outils trouvés laissent penser que ces hommes et ces femmes savaient aussi coudre, travailler le bois, la pierre, tisser… et la terre argileuse du territoire leur a permis de confectionner de nombreuses poteries, cuites sans four, simplement avec de la pierre chaude. Ces hommes ont dû partir précipitamment à cause de la montée des eaux du lac. Les objets abandonnés en témoignent. 

L’an MiL 

La deuxième collection du musée présente quant à elle, les vestiges de l’époque de l’an Mil, où une nouvelle population s’est installée, dans un autre site que celui des Baigneurs, enseveli durant cette période à cause de la montée des eaux, et dénommé Colletière. « Nous sommes au Moyen-Age, dans une période de croissance démographique et d’émergence des pouvoirs féodaux. Un puissant seigneur commande à un groupe d’une soixantaine de personnes de s’installer sur les bords du lac. Ce sont des éleveurs et des pêcheurs, qui pratiquaient la tonnellerie et travaillaient le cuivre. L’implantation des maisons montre qu’il y a une hiérarchie sociale entre eux », indique Laurence Pinzetta. « Les vestiges retrouvés (lambeaux de tissus, peignes, parures, fers à chevaux) ont fait dire aux historiens qu’on était en présence d’une élite, pas de paysans », ajoute la guide. Une nouvelle montée des eaux en 1040 a fait que ces hommes ont quitté ce site de Colletière pour aller s’installer en hauteur. La visite guidée autour des objets exposés permet de bien s’imprégner de l’histoire racontée avec précision et force détails. Un joli voyage dans le temps dans un bien joli coin d’Isère.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Comment prévenir et guérir les diarrhées du veau ?

Les diarrhées sont courantes chez les veaux et ont des origines diverses. Quelques conseils pour les prévenir et les guérir.

Lancement d’un groupe d’évaluation pour la loi Egalim en restauration collective

Un groupe de travail a été lancé pour évaluer l’application de la loi Egalim en restauration collective dans

Soigner la phase lactée, déterminante pour la carrière laitière des animaux

 Le plan lacté ne doit pas être piloté au hasard pour assurer une bonne productivité des animaux plus tard.

Gérer l’immunité des veaux pour une bonne productivité

 Les deux premiers mois de vie du veau sont déterminants pour sa future carrière laitière.

Chenonceaux aspire à voler de ses propres ailes

En assemblée générale le 21 mars, les adhérents de l’ODG touraine-chenonceaux ont acté le fait de travailler cette année pour évoluer d’un statut d

Alice Courçon : un esprit sain dans un corps sain !

Avant de reprendre une exploitation caprine, Alice Courçon a choisi de travailler dans différentes fermes, puis de réaliser un stage de parrainage

Publicité