Aller au contenu principal

Témoignage bovin allaitant : cap sur un système vertueux

Eleveur de limousines à Courcelles-de-Touraine, Jonathan Besnard fait évoluer son exploitation petit à petit. L’augmentation de son cheptel se fait étape par étape et dans une approche générale du système vers lequel il tend.

Jonathan Besnard est naisseur de limousines depuis 2016 à Courcelles-de-Touraine. Après avoir repris un corps de ferme, des terres d’un voisin arrivant à la retraite et d’autres qu’exploitait son père à Channay-sur- Lathan, il a fait construire une stabulation de 60 mètres de long, pour 80 places. Il a ensuite repris cette année des terres à Rillé, et totalise désormais 250 ha (110 ha de céréales et 140 ha de prairies) dont une grande partie à faible potentiel.

 

Le jeune agriculteur a démarré en achetant un cheptel de 60 vaches et cherche désormais à accroître son troupeau. « On ne peut pas investir tout d’un coup sur les vaches, donc j’y vais petit à petit. Aujourd’hui j’ai 80 mères vêlées ; je voudrais augmenter jusqu’à 160 mères dans les années à venir, dans l’objectif de réduire la partie céréalière et d’avoir un élevage plus extensif », glisse-t-il.

 

OBJECTIF AUTONOMIE

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

UNE NOUVELLE BERGERIE POUR UN CONFORT DE TRAVAIL AMÉLIORÉ

Le Gaec Dubus Derville, en élevage bovin et ovin à Chaillac dans l’Indre, utilise sa nouvelle bergerie de 250 places depuis un an.

Une reproduction gérée au cordeau, récompensée par un Sabot d’argent

Sur son élevage de limousines à Saint-Epain, Pascal Pastorino applique le principe d’un veau par an, avec des vêlages regroupés sur un mois et demi

Produire et transformer plus pour répondre à la demande

Marché de Rungis, fromageries, vente directe... les débouchés de Camille Fontaine, productrice de ste-maure-de-touraine, sont nombreux.

Ecorner facilement et sans douleur

 L’écornage n’est pas une intervention anodine.

Abattoir de Saint-Flovier : une réorganisation maîtrisée

L’abattoir de Saint-Flovier est passé fin 2022 à trois jours d’abattage hebdomadaires, 2023 a ainsi été marqué par cette réorganisation.

Un nouveau profil se dessine, avec moins d’animaux et plus d’importations

Lors de la journée régionale bovins viande, le point sur la conjoncture bovine pointe la dépendance croissante de l’importation pour couvrir ses be

Publicité