Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Machine à vendanger
Un matériel tout en un, « simple et pratique »

La famille Godeau, à Civray-de-Touraine, a fait le choix de s’équiper d’un tracteur enjambeur avec une machine à vendanger tractée. Un choix économique, qu’elle ne regrette pas. Le point sur leurs critères de sélection.

Aux Caves du Père Auguste, à Civray-de-Touraine, la moitié des vignes sont vendangées à la machine et l’autre moitié manuellement. « Les vieilles vignes sont récoltées à la main car la largeur des rangs est trop étroite (ndlr 1 ,40 m), et les vignes avec un cahier des charges spécial aussi, comme le Crémant de Loire par exemple », détaille Nicolas Robert, salarié de l’exploitation. La famille Godeau, qui comprend 3 frères et soeurs, est aux manettes du vignoble, avec ses 5 salariés, pour 48 ha de vignes implantées en cabernet, côt, gamay, chenin, sauvignon, grolleau essentiellement.

Un critère économique

Nicolas Robert est le principal conducteur du matériel. « Nous faisons partie d’une Cuma, on a notamment une effeuilleuse en commun », précise-t-il. Pour remplacer leur ancienne machine à vendanger, ils ont investi en 2015 dans un tracteur enjambeur G4, ainsi que dans la machine à vendanger G4220 qui s’attelle dessus et un pulvérisateur 6 rangs.

La tête de récolte ayant été achetée en commun avec un autre viticulteur. « Ça évite d’avoir deux tracteurs donc c’est vite rentabilisé. Et on peut y mettre une prétailleuse ou l’équiper pour la pulvérisation. » Le critère de choix a d’abord été financier, puis pratique. « On cherchait une machine pas trop imposante ni trop large, parce qu’on a des sorties de vigne étroites. »

Habitué à la conduite centrale plutôt que déportée, Nicolas retrouve cette caractéristique sur le tracteur « multifonctions ». La tête de récolte est composée de huit batteurs. « On règle l’intensité du secouage en fonction de la maturité du raisin, qui va jouer sur le décrochage plus ou moins facile des grappes. Et aussi en fonction du cépage ; en cabernet par exemple, les grappes sont plus difficiles à décrocher, explique Nicolas. Aujourd’hui, les réglages sont beaucoup plus fins qu’avant, il n’y a plus de problème de casse de piquet, ou autre ». Deux tâteurs, précédant les batteurs, donnent le signal en cabine si le rang n’est pas centré, et trois écrans retransmettent au conducteur les images des caméras équipant la machine. Au visuel, le chauffeur règle également la vitesse des tapis convoyeurs, en fonction de la densité de raisins. « On travaille à une vitesse de 4 à 6 km/h en moyenne », rapporte le salarié.

Simplicité de fonctionnement et d’entretien

« La machine à vendanger est montée en 2 heures, c’est rapide », ajoute Nicolas, qui apprécie également la simplicité de sa mécanique, offrant une facilité de réparation sans passer par la concession. Il l’illustre avec l’exemple des tâteurs, simples à changer. Sur d’autres machines, ce sont des capteurs, donc « plus susceptibles de tomber en panne et impossibles à changer soi-même. Le fonctionnement simple permet aussi de former en peu de temps d’autres personnes à la conduire, comme j’ai eu l’occasion de le faire. » Au niveau de l’entretien, il est simple et donc rapide car « il n’y a pas de trappes ou de recoins cachés, tout est accessible facilement. En 45 minutes chaque soir, c’est fait », fait remarquer le jeune homme.

Choisi toutes options, le modèle utilisé aux Caves du Père Auguste comporte un égrappoir et une table de tri embarquée. « Ça égrappe sur place. Plus besoin de décharger et de triturer au retour des vignes. Et on est très satisfaits du système de tri, qui donne une qualité de vendange irréprochable. Avant, on utilisait un égrappoir installé sur l’exploitation, il fallait compter 20 minutes pour décharger. Alors que là, au retour des parcelles, on vide directement dans le pressoir, c’est un vrai gain de temps », estime l’utilisateur, qui s’apprête à la remettre en service d’ici quelques semaines.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5.40€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Vignette
Les fermes d’avenir converties à l’agriculture de « conversation » !
De l’agriculture de conservation à l’agriculture de conversation… il n’y a qu’un pas franchi allègrement par Sarah Singla devant les GDA à Sepmes la s
Vignette
L’édition du rebond !
Si dans les proches années passées le salon des vins de Loire avait semblé vivre doute et passage à vide, ça ne se voit plus.
Vignette
Un semoir innovant
Agriculteur en Touraine Val de Loire, Jean-Claude Quillet a mis au point un semoir de grande largeur pour la France capable de semer correctem
Vignette
Pour une culture pertinente de l'herbe en inter-rangs
Alice Durand conseillère viticole de la chambre d'agriculture de Loir & Cher à l'occasion d'une démonstration de semoirs détaille sa strat
Vignette
L’arbre : un forestier qui aime les champs
 Des arbres au milieu du blé, une hérésie ? Ça n’a pas toujours été le cas…
Vignette
Agroécologie: et si la France passait à côté de l'essentiel?
Ancien chercheur du Cirad, fils de paysan, Lucien Séguy s’est taillé une solide réputation à force d’observation et d’expérimentation sous tou
Publicité