Aller au contenu principal

FACE AU MAL ÊTRE/
Un réseau de « sentinelles » se met en place

FACE AU MAL-ÊTRE/ Parmi ses différentes actions de lutte face au mal-être des professionnels agricoles, la MSA déploie et développe depuis début 2023 son tout nouveau dispositif « sentinelles ».

Face au nombre important de suicides en France et particulièrement chez les professionnels du secteur agricole, la Mutualité sociale agricole (MSA) a déployé un nouveau réseau de sentinelles. Voués à se multiplier, ces volontaires sont des élus MSA, salariés agricoles, exploitants ou non, employés d’organisations professionnelles agricoles ou encore retraités… au contact de personnes susceptibles d’avoir besoin d’aide. Pour ce faire, ils suivent une formation pour apprendre à repérer parmi leur entourage les premiers signes de mal-être et les éventuels risques de suicide. Les raisons qui amènent à cet état sont soit personnelles, soit professionnelles. Elles sont fréquemment liées à la dureté du travail et l’implication qu’il nécessite face à un manque de reconnaissance, voire parfois au dénigrement des pratiques agricoles, mais aussi au contexte économique. Il est donc important de savoir déceler et réagir face aux premiers signes. L’objectif réseau de sentinelles est de permettre au plus grand nombre de personnes de savoir orienter celui qui présente des signes de mal-être.  

UN MAILLAGE TERRITORIAL

Des formations sont animées en binôme par des formateurs experts ; dans notre région, par Amandine Bisiaux, référente programme malêtre à la MSA Berry-Touraine et Carla Mailly, psychologue du travail et des organisations à la MSA Beauce Cœur de Loire. Sur une journée complète, les volontaires découvrent les bonnes questions à poser ainsi que le bon comportement à avoir, notamment grâce à des mises en situation. Leur rôle est donc, en s’assurant que la personne veuille effectivement être accompagnée, de l’orienter vers des professionnels spécialisés qui sauront recueillir sa parole et proposer des solutions. Le souhait est de former une cinquantaine de sentinelles par an et par département. Cette mobilisation citoyenne entraînera un renforcement du maillage territorial des acteurs concernés dans la prévention, la détection et la prise en charge du mal-être, spécialement en milieux ruraux et dans les déserts médicaux. C’est pourquoi ce dispositif nécessite la participation de nombreuses sentinelles pour en augmenter l’efficacité.

Les personnes intéressées par cette formation sont d’ailleurs invitées à contacter Amandine Bisiaux au 06 85 04 07 52. Agri’ écoute : 09 69 39 29 19 (24h/24, 7J/7). Réagir 37. Cellule de prévention  MSA Berry-Touraine :  02 47 31 62 73. N° national de prévention du suicide : 3114 (24h/24, 7J/7).

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Des aménagements agricoles positifs pour la qualité de l’eau

 Pour préserver la qualité de l’eau, certains agriculteurs vont au-delà des obligations légales.

L’occasion de s’engager pour bénéficier de crédits carbone

 Les agriculteurs en grandes cultures intéressés pour réduire leurs émissions de CO2 et bénéficier de crédits carbone sont invités à se manife

Une plantation expérimentale de douze cultivars en Loir-et-Cher

Une plantation multiclonale de peupliers a été mise en place voilà deux ans à Noyers-sur-Cher (41).

Une journée départementale caprine riche en informations pour les éleveurs

Mycoplasmes, déclarations de mouvements, point sur la filière AOP, subventions… Les éleveurs caprins ont fait le plein d’informations utiles lors d

Ibrahima Ndiaye, vendeur d’aliments du bétail à Dakar

Jeune Sénégalais, Ibrahima Ndiaye commercialise toutes sortes d’aliments du bétail dans le quartier Yoff, au nord de Dakar.

« Aller à paris, c’était un objectif »

 Un éleveur du Petit-Pressigny fait le déplacement au Salon de l’agriculture avec une de ses prim’holstein pour participer au concours nationa

Publicité