Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Culture en Touraine
Vaugarni, le théâtre côté champs

Niché entre Artannes et Pont-de-Ruan, le Théâtre de Vaugarni accueille dans une ancienne ferme rénovée, une programmation très hétéroclite. A consommer sans modération…

Une sensation étrange délicatement partagée entre émerveillement et quiétude nous accompagne lorsque, après avoir suivi une petite route sinuant entre bois et prairies, on débouche sur une ancienne ferme accrochée sur la pente douce d’une colline boisée.

Le brouillard matinal en cette fin novembre rajoute au mystère du lieu. Non, nous ne sommes pas dans un conte de Perrault mais au Théâtre de Vaugarni entre Artannes et Pont-de-Ruan. Le lieu est enchanteur, charmeur. Et lorsqu’un endroit semble beau alors que la météo déverse de la grisaille, c’est qu’il doit être somptueux sous le soleil du printemps lorsque la végétation explose de luxuriance.

Acquise en 2003 par Serge Rigolet, cette ferme qui tombait en ruine est devenue un lieu porteur de culture en milieu rural. « Cet été-là, raconte le propriétaire, il a fallu renforcer en urgence la grange avec cinq piliers béton, car la canicule exceptionnelle et la vétusté du bâtiment avaient accéléré sa phase d’effondrement. » Ce fût le coup d’envoi d’une série de travaux titanesques pour donner à cet endroit la magie palpable d’aujourd’hui.

« Il y avait un agriculteur retraité qui habitait les lieux depuis toujours, relate Catherine, sa compagne, et l’ancien propriétaire avait gardé cette ferme pour lui, afin de ne pas le déraciner. Nous nous devions de continuer pour cet homme qui n’avait jamais quitté les lieux sauf pour partir faire la guerre en Algérie. » En devenant les nouveaux acquéreur, le couple a permis à ce vieux monsieur malade, de terminer sa vie dans ce contexte qui était sien et de se découvrir une passion pour le théâtre. Aujourd’hui décédé, les propriétaires parlent de lui avec une immense affection.

De la culture à la culture …

Rapidement, les différents bâtiments agricoles sont devenus lieux de culture. Le principal édifice a été transformé en Grange Théâtre de 120 places avec gradins et scène rehaussée. La billetterie, à l’entrée, a été conçue comme un lieu de rendez-vous accueillant et convivial, avec boissons chaudes offertes. Récemment créée sur les ruines de l’ancien poulailler, elle héberge aussi à l’occasion, des soirées lectures déclamées par un comédien. Le Hangar, initialement dépôt de matériel, offre quant à lui un volume suffisamment conséquent pour accueillir des spectacles plutôt circassiens, des choeurs, danses … Il n’est pas chauffé, donc utilisé seulement aux beaux jours.

En remontant un peu sur la colline, c’est dans le Cabaret que le visiteur est convié à s’assoir. Cette ancienne étable a été rénovée intérieurement ; un bar et une petite scène ont trouvé leur place entre les anciennes mangeoires, dans ce décor chaleureux réchauffé par un gros poêle à bois qui confère à l’ensemble un style de datcha. Le bardage bois extérieur apporte une note de chaleur supplémentaire à l’ensemble. Décidemment, la culture est partout en ces lieux ; parfois les représentations se font à l’extérieur en milieu naturel si la météo est clémente.

Pour tout public

Démarrées en 2006, les saisons culturelles se sont enchainées. « Je rêvais d’habiter un lieu culturel », avoue Serge Rigolet. « Je voulais organiser de l’évènementiel culturel ; ici , même si la quantité de travaux à faire était démentielle, le lieu était idéal. » Catherine de rajouter que « nous avons une trentaine de programmes très différents, basés sur une sélection qualitative, sur une saison annuelle. Chacun peut y trouver son thème de prédilection ou tout simplement venir pour se laisser surprendre. Nous n’avons pas un gros budget et malheureusement les subventions fondent comme neige au soleil. Nous accueillons les écoles et MFR soit en tant que spectateurs sur des programmations ciblées pour eux ou soit pour leur propre production de spectacle. Mais la subvention de la com com de la Touraine Val de l’Indre vient d’être supprimée et c’est regrettable car cette démarche culturelle n’existait pas, nous lui avons donné vie et elle est maintenant délaissée au profit d’évènements plus voyants. » Une ombre au tableau qui contraint l’équipe à redoubler d’énergie pour continuer à offrir des prestations de qualité, estimant que le concept de la consommation de proximité vaut aussi pour notre culture : « Cultivons-nous en local et longue vie au Théâtre de Vaugarni ! »  

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Vignette
Le journal de France 2 joue la désinformation
Malgré les explications données au journaliste notamment par la Maison des agriculteurs, un reportage diffusé le 10 juillet prend le parti d’i
Vignette
A la Une de Terre de Touraine du 19 juillet 2019
Les sujets à la Une de Terre de Touraine du 19 juillet 2019. Les abonnés avec leur code peuvent consulter la version élec
Vignette
N’importons pas l’agriculture que nous ne voulons pas !
Pour JA 37 et l’UDSEA 37, les accords de libre-échange en cours de négociation représentent une distorsion inacceptable.
Vignette
Un championnat de haute volée
Du 4 au 7 juillet plus de 60 000 visiteurs se sont rendus dans la petite ville du Dorat (87) pour assister à la première édition française des
Vignette
L'IGP qui monte dans une agriculture en mutation
« Il est bon, il est bon, mon melon ! Il est d’où, il est d’où ? » Du Haut Poitou!
Vignette
Rendez-vous des champions du monde de la tonte

Au Dorat, dans les bureaux de l’association pour le mondial de tonte de moutons, c’est plus que jamais l’effervescence.

Publicité