Aller au contenu principal

Viticulture : sans glypho, on fait comment ?

Les alternatives au glyphosate existent mais leur persistance d’action est courte. Les facteurs sensibilité du sol et climat influent beaucoup sur leur efficacité et le temps à passer est considérablement augmenté. Le changement de système réussira d’autant mieux avec une formation adaptée à ces nouvelles pratiques.

Les vignerons bios cultivent la vigne sans recourir aux désherbants, tout en accompagnant leur démarche par une politique commerciale compensant l’augmentation des charges de production. Quand une exploitation est structurée autour d’une conduite conventionnelle de la vigne incluant le glyphosate, le changement de pratique peut se transformer en chemin de croix s’il n’est pas préparé.

 

Une étude des chambres d’agriculture conclut sans détour à une augmentation de charges totales de 13 %, incluant le surcroît de travail et des pertes de rendement occasionnées par des pratiques nouvelles mal maîtrisées et la destruction brutale du chevelu racinaire de surface. L’étude indique que les vignerons coopérateurs pourraient perdre jusqu’à 20 % de leur produit brut. L’extrapolation des besoins exprimés à l’échelle du Val de Loire chiffre la demande en main d’oeuvre sur 4 mois à 200 personnes supplémentaires.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Gel vignes, vergers : les exonérations MSA pourraient dépasser 15 000 €
Les viticulteurs et arboriculteurs ont jusqu’au 8 octobre pour demander une prise en charge des cotisations sociales exploitant et employeur.
Le cresson reprend vie en Touraine
A Courçay, une ancienne cressonnière a été remise en état et en production par un couple de passionnés.
L'AOC chinon planche sur la maîtrise des adventices
Première ODG à organiser sa réunion de pré-vendanges, à Seuilly, l’appellation chinon a mis l’accent sur l’entretien du sol viticole.
Les Jardins de l’Angottière : 1 duo, 2 productions
A Beaumont-Village, Stéphanie Guibet et Jean-Baptiste Molinier misent sur la complémentarité entre le maraîchage et un atelier plantes aromati
Préserver le rosé au-delà d’un été
Quatre leviers sont conditionnés par la matrice « rosé » dans laquelle ils évoluent.
Et si j’accueillais des rapaces sur mon exploitation ?
L’accueil de rapaces est une solution efficace pour la régulation de ravageurs de types rongeurs sur son exploitation.
Publicité