Aller au contenu principal

En bref
Vu au salon de l'agriculture

Focus sur quelques innovations et échos du salon de l'agriculture à Paris.

Solaal, une application pour faciliter le don de produits alimentaires

L’association Solaal fait le lien entre les donateurs du monde agricole ou alimentaire et les structures d’aide alimentaire, pour lutter contre le gaspillage. Depuis sa création sur une idée de Jean-Michel Lemétayer, quasiment 14 000 tonnes de produits (dont 99 % de produits frais) ont été données à 9 associations d’aide alimentaire, de la part de 25 groupes ou coopératives de donateurs. Cela représente 28 millions de repas distribués !

Produits non commercialisables, abîmés, non calibrés ou en surplus trouvent ainsi une utilité tout en générosité.

Solaal a désormais son application mobile, lancée lors du salon international de l’agriculture. Conçue avec des agriculteurs, elle permet de proposer un don facilement et à tout moment. Coté pratique, elle donne accès à un récapitulatif de chaque don, à l’équivalence en repas et à l’historique des dons pour calculer sa réduction d’impôt.

Site web : https://dons.solaal.org

 

Pas de gaspillage au salon

Les vaches font leur show au salon de l’agriculture. Mais elles n’arrêtent pas de produire du lait parce qu’elles sont à la capitale ! Elles sont évidemment traites chaque jour durant l’évènement. Les 40 000 litres de lait sont conditionnés en briques à la laiterie de Saint-Denis-de-l’Hôtel, données à des épiceries solidaires. Un partenariat mis en place avec Comexposium (organisateur d’évènements).

Concernant les denrées alimentaires exposées, le même partenaire sensibilise les exposants au gaspillage ; en 2018, cette démarche a permis de récupérer 1,5 tonne de produits. Il s’agit de produits échantillons non distribués par les marques telles que Saveol, Pink Lady, Eurial, Soignon, Danone… Ce sont aussi les fromages, charcuteries, boissons… du concours général agricole.

Il y a 5 ans, on jetait 5 tonnes de produits alimentaires à la fin du salon. Franchira-t-on bientôt le cap d’en récupérer désormais la totalité ?

 

Juliet, une pomme réservée au bio

Juliet est une variété de pommes récente. Sa particularité ? Elle est produite exclusivement en agriculture biologique. Pour rendre cela possible, Juliet a été conçue pour être naturellement résistante à la tavelure - mutations de souches comprises - et à l’oïdium. Cette pomme bicolore est également peu sensible au puceron cendré.

Conformément au cahier des charges bio, les traitements sont donc effectués au soufre, à la bouillie bordelaise, l’huile de lin, l’argile… Pour lutter contre le carpocapse, la confusion sexuelle est utilisée ainsi que les filets moustiquaires.

En France, plus de 110 arboriculteurs la produisent sur 390 ha de vergers, surtout basés dans une grande moitié Sud, notamment le sud de la région Centre-Val de Loire. La production est en progression, 12 000 tonnes ont été récoltées en 2018.  

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Les Olympiades des métiers, de futurs pros en compétition
Donner la possibilité aux jeunes étudiants ou apprentis de mesurer leurs compétences et leurs savoir-faire en aménagements paysagers et en maintenance
DES BÂCHES POUR VALORISER LES GAZ ÉMIS PAR LES FOSSES À LISIER
La SCEA de Neuville, exploitation porcine à Cluis (36) s’est dotée en 2016 d’un système innovant permettant aux associés de collecter le biogaz émanan
UNE STABULATION CONÇUE POUR ACCUEILLIR DES ROBOTS
La SCEA Saint-Hubert a conçu sa nouvelle stabulation en y intégrant des robots, pour gagner en souplesse de travail.
Herbe et Fourrages souffle ses dix bougies
A l’occasion de la journée bilan du cinquième programme Herbe et Fourrages dans l’Indre, le réseau a fêté ses dix ans.
Dix ans après, qu’est devenue la première ferme pilote ?
Michel Paillet, éleveur bovin allaitant à Saint-Maur dans le Cher, est venu à Ceaulmont partager son expérience de ferme pilote des premiers programme
LITIÈRE COMPOSTÉE, UNE ALTERNATIVE À LA PAILLE DE CÉRÉALES
A Pérassay, dans l’Indre,  Enguerran Auclair a repensé son système de litière afin de s’affranchir de la paille de céréales.
Publicité