Aller au contenu principal

Espaces verts
Zéro phyto : un travail sur les méthodes… et les mentalités

Lors de son assemblée générale, l’Union des entreprises du paysage a abordé un thème au coeur de son activité : les nouvelles démarches environnementales. Une adaptation indispensable, dans la mouvance « on n’a pas de phytos, mais on a des idées » !

Le secteur du paysage fait face à deux enjeux importants, l’attractivité de la filière et le développement de ses marchés. Mais en parallèle, il est un sujet qui l’impacte directement, c’est l’interdiction d’utilisation de produits phytopharmaceutiques pour l’entretien des espaces verts, forêts, promenades et voiries, sauf exceptions. Un défi qui l’amène à adopter de nouvelles pratiques.

Lors de l’assemblée générale de l’UNEP, le 7 mars, Fabrice Putot, de l’entreprise Tarvel agence Centre dans le Cher, a partagé son expérience. Son entreprise de 35 salariés peut se targuer de réaliser 80 % de ses contrats en zéro phyto, avec une clientèle de privés et de collectivités. « Parfois, on répond à des demandes “ standard ”par des pratiques alternatives », indique-t-il. Mais alors, comment se passe-t-on des produits phytosanitaires ? « Les jardins créés il y a 40 ans ne sont pas faits pour être gérés en zéro phyto, note Fabrice Putot. Il faut donc les rénover, se demander pourquoi on a fait d’une certaine manière et faire évoluer les jardins et la vision des clients. » Les professionnels sont en effet confrontés aux attentes des clients et expliquent que, non, l’herbe ce n’est pas sale.

Un nouveau challenge

Le secret pour se passer de la chimie reste l’observation. « Quand je forme les gens au Certiphyto, je leur apprends à observer le milieu, choisir les bonnes plantes, pas trop salissantes », complète Maryse Friot, enseignante à Tours Fondettes agrocampus. Celle-ci alerte également sur la tentation d’essayer des recettes de grand-mère. « Quand elles ne sont pas validées scientifiquement, on risque de détourner un usage, avec une décoction par exemple, et de se retrouver dans un cas qui nécessiterait une autorisation de mise sur le marché ».

Les devis en zéro phyto restent en revanche plus élevés, un challenge supplémentaire dans la communication. « On explique bien les choses, on discute, on s’appuie sur nos expériences avant de faire un devis », précise Fabrice Putot « Autant proposer un nouveau jardin, adapté aux techniques alternatives qu’entretenir à des coûts élevés un ancien jardin », considère Barbara Dekeyser, de l’entreprise Aralia en Eure-et-Loir.

Le changement de mentalités se joue aussi au sein des équipes des entreprises du paysage, comme l’illustre cette dernière. « Je pensais que, pour nos collaborateurs, le zéro phyto serait du pain béni. Mais certains ont été frustrés, ont vu ça comme une humiliation, un travail sale, pensant qu’on les avait ramenés au travail de leurs grands-pères avec la binette ! Il a donc fallu expliquer que c’est une innovation, et surtout pas une régression. Ce n’est pas un problème le zéro phyto, c’est un défi technique, managérial, structurel pour nos organisations, et commercial » « L’entretien, c’est un vrai métier, complète Fabrice Putot. Sans chimie, c’est plus compliqué, il faut anticiper, connaître les parasites, les plantes… C’est valorisant pour le personnel. » De nouvelles compétences, aux enjeux cruciaux.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Le climat redessine le visage de la forêt
Sécheresses et canicules marquent de leurs empreintes mortifères une partie des essences locales.
Treize nouveaux apprentis viticoles à Amboise
Depuis le 10 janvier, treize adultes sont engagés dans la formation « ouvrier qualifié viticole » au lycée d’Amboise.
Former face à la pénurie de candidats en aide à domicile
Depuis novembre 2020, la MFR Rougemont-Tours forme des assistants de vie aux familles, en partenariat avec l’ADMR qui fait face à la difficult
Une nouvelle provocation des anti-phytosanitaires
Un rapport de la Fondation Nicolas Hulot utilise des chiffres non représentatifs et simplifie l’analyse de la situation, au point de conclure
Nitrates : un nouveau tour de vis en prévision ?
Alors que de nouvelles règles viennent contraindre encore plus l’activité agricole, une évolution de la réglementation sur la pollution des ea
Nappes souterraines : la reconstitution est en cours
Après un mois de novembre très sec, décembre et janvier se caractérisent par une pluviométrie abondante. Ces fortes précipit
Publicité